Marcher d'un grave pas joachim du bellay

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Marcher d’un grave pas », Joachim du Bellay Les Regrets

Introduction
« Marcher d’un grave pas », extrait de Les Regrets de Joachim Du Bellay. Ce recueil fut publié en 1558. Une première partieest consacrée à l’élégie, la plainte et le regret, et une seconde est écrite sur un ton ironique et satirique. Du Bellay écrit ces poèmes durant son séjour en Italie où il se fait observateur de lacour pontificale.
« Marcher d’un grave pas » dépeint le portrait du courtisan romain qui repose une satire, une caricature. Ce sont des êtres axés sur l’apparence.

Clés de lecture

I. Portrait ducourtisan

La répétition de « grave » souligne une obsession dérisoire, à la limite du comique. Le mode impersonnel des verbes en début de vers donne une valeur injonctive à portéeuniverselle au récit, comme s’il y existait un protocole. La mention d’expressions italienne « Messer Non », « Messer Si » marque le manque de spontanéité, et le rythme binaire donne une impressiond’automatisme. Les comportements sont conditionnés et stéréotypés « Ces vieux singes de cour » ; « ils feront le pareil comme eux ».
La répétition de « grave » souligne une obsession dérisoire, à la limite ducomique. L’univers du faux-semblant est explicitement dénoncé : les termes qui renvoient à l’hypocrisie sont nombreux « comme si », « contrefaire », « cacher sa pauvreté d’une brave apparence ».
Onse met en scène pour les autres par l’intermédiaire de flatteries « Seigneuriser chacun d’un baisement de main ». Le caractère général de cette attitude qui s’appuie sur le paraître contribue à ladésindividualisation.

II. La réalité du dernier tercet

Le dernier tercet marque un retour à la réalité. La comédie est finie. La triple répétition du terme « mal » donne un rythme ternaire,qui, ajouté à la répétition du privatif « sans » accentue le dénuement, qui a ainsi une valeur péjorative, valeur qui ne ressortait pas dans les autres strophes. Ce n’est plus du conformisme, mais...
tracking img