Marguerite duras - un barrage contre le pacifique - ii, 6

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le début de la seconde partie du roman de Marguerite Duras est un épisode central qui se déroule à la ville, contrairement au reste du roman. La famille est venue pour vendre le diamant que Suzanne a obtenu de M. Jo et s’est installée à l’Hôtel Central où le lecteur a fait la connaissance de Carmen qui a, pour la jeune Suzanne, un rôle d’initiatrice.
Notre chapitre, au moment où Joseph adisparu, est précédé d’une scène où l’on comprend que la mère porte à son fils un amour exacerbé (sa disparition la rend malade) et où Suzanne, se sentant délaissée par la mère (« Il n’y avait que Carmen qui s’intéressait à elle. » p159), se met à rêver d’émancipation (« [...] ce que Suzanne aurait voulu c’était quitter la mère. » p162). Le passage à étudier présente la rencontre entre la protagonisteet Barner, un personnage secondaire du roman qui apparaît seulement dans ce chapitre et le suivant.

Nous verrons comment, dans ce passage, le thème de la rencontre est subverti à cause de la nature et des desseins incompatibles des personnages.

I. Une rencontre

C’est bien en effet une rencontre dont il est question dans ce chapitre, comme le dit clairement la narratrice dans la toutepremière phrase « La seule rencontre que Suzanne devait faire ce fut, à l’Hôtel Central, celle du représentant en fils d’une usine de Calcutta ». On remarquera que la tournure syntaxique permet l’introduction d’une formule présentative, souvent utilisée par Duras, qui laisse ici penser que cette rencontre va être positive pour Suzanne. On notera simplement que cette annonce (« La seule rencontre »)est erronée, puisque par la suite, au huitième chapitre de la seconde partie, on trouve de la même manière « Suzanne fit cependant une deuxième rencontre, celle de M. Jo » (p176) en ouverture.

A. Les modalités de la rencontre

Contrairement au topos de la rencontre amoureuse romanesque, la rencontre entre les personnages que sont Barner et Suzanne n’est pas fortuite (comme dans La princessede Clèves par exemple ou plus simplement celle avec M. Jo au début de notre roman) ; au contraire, cette rencontre-ci est préparée et combinée. A ce sujet d’ailleurs, Carmen obtient le rôle d’entremetteuse puisque c’est elle qui parle de Barner, tout d’abord rendu anonyme par la narratrice, à Suzanne : « Il y a là un type qui pourrait peut-être aller, avait dit Carmen à Suzanne ». De la même façon,elle parle de Suzanne à l’homme : « Carmen lui parla de Suzanne et le jour même il voulut la connaître. »
Ensuite, c’est elle qui organise la rencontre qui a lieu dans sa chambre, lieu de rencontre pour le moins étrange qui semble dénaturer le topos de la littérature médiévale (la pièce de réception est la chambre, voir romans arthuriens notamment) puisque ici il s’agit de la chambre d’unetierce personne et de surcroît dans la chambre d’une « vraie fille de putain » (p137 ; II, 1).
En suivant l’ordre chronologique de la rencontre, on remarque également que le rendez-vous fixé le lendemain passe par Carmen : « Le lendemain matin, par l’intermédiaire de Carmen, il invita Suzanne [...] »

B. L’Inde et l’Indochine, deux colonies, deux représentants.

Rappelons ici que l’Inde est unecolonie anglaise de 1765 à la fin des années 1940 et que l’Indochine dite française a été colonisée assez tardivement au XIXe siècle.
Tout comme Suzanne qui fait partie des colons d’Indochine, Barner semble être un colon d’Inde. On remarquera en effet que le patronyme « Barner » a des sonorités consonantiques plutôt anglo-saxonnes ; on notera également le « costume de tweed » du personnage quiconsolide cette hypothèse.
Barner et Suzanne appartiennent donc à deux systèmes coloniaux parallèles. Mais ils s’opposent par leur condition sociale (lui est « représentant en fils d’une usine de Calcutta » et elle appartient à la population agricole du pays ; secteurs de l’économie différents).
Dans leur rencontre, ce sont deux systèmes qui se confrontent, deux systèmes appréhendés à un...
tracking img