Maria chapdelaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1032 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans le début du XXème siècle au Québec, des romans du terroir font leurs apparitions dont un qui attire particulièrement l'attention soit Maria Chapdelaine de Louis Hémon. En effet, ce roman donne une image presque parfaite du terroir, héritage culturel. C'est ainsi, que la conformité au terroir et le réalisme seront remis en question.

Dans Maria Chapdelaine de Louis Hémon, l'amour de laterre et l'idéal féminin sont des concepts ancrés dans leur mode de vie. De fait, la passion de la terre que la famille Chapdelaine est grandement ressenti. Ainsi lorsque la mère Chapdelaine sert le diner aux hommes elle s'évade dans ses pensées. La beauté de la terre la touche au plus haut point comparé aux montagnes: «Non pas la beauté inhumaine, artificiellement échafaudée par les étonnements descitadins, des hautes montages stériles et des mers périlleuses, mais la beauté placide et vraie de la campagne au sol riche, de la campagne plate qui n'a pour pittoresque que l'orde des longs sillons parallèles et la douceur des eaux courantes, de la campagne qui s'offre nue aux baisers du soleil avec un abandon d'épouse.¹» De plus, la famille Chapdelaine est clairement identifié à l'expressionforte du pays, faire la terre. Ce qui représente le terroir du Québec. Samuel Chapdelaine décrit avec enthousiasme et entêtement ce qu'est le principe de faire la terre pour lui: « Faire la terre! C'est la forte expression du pays qui exprime tout ce qui gît de travail terrible entre la pauvreté du bois sauvage et la fertilité finale des champs labourés et semés.²» Le terroir du Québec de Louis Hémonest bien illustré lorsqu'il parle de l'amour de la terre de la part de la famille Chapdelaine mais ce roman du terroir traite aussi de l'idéal féminin. C'est ainsi, que François Paradis, dans deux occasions au même moment présente ses goût des femmes: « Qu'elle était donc plaisante à contempler! D'être assis auprès d'elle, d'entrevoir sa poitrine forte, son beau visage honnête et patient, lasimplicité franche de ses geste rares et de ses attitudes, une grande faim d'elle lui venait et en même temps un attendrissement émerveillé.³» De même, au courant de la cueillette de bleuet avec la famille Chapdelaine, il démontre à nouveau l'attirance tant physique qu'émotionnelle envers cette Maria Chapdelaine: «Il sentait qu'elle était de ces femmes qui, lorsqu'elles se donnent, donne tout sanscompter: l'amour de leur corps et de leur coeur, la force de leurs bras dans la besogne de chaque jour, la dévotion complète d'un esprit sans détours.⁴» En conclusion, l'amour de la terre de la famille Chapdelaine et l'idéale féminin de François Paradis auprès de Maria sont les principaux thèmes qui caractérise le terroir du Québec.

Toutefois, dans le roman de Louis Hémon, Maria Chapdelaine, mêmesi les deux premier thèmes. l'amour de la terre et l'idéal féminin, viennent appuyer le terroir du Québec il en est autrement pour les thèmes de la dévalorisation de la terre et de la valorisation de la ville. De fait, François Paradis dévalorise le fait de possédé une terre. Pour lui ce n'est pas d'une vie de toujours resté su le même bout de terre: « J'ai tout vendu. Je n'ai jamais été bien bonde la terre, vous savez. Travailler dans les chantiers, faire la chasse, gagner un peu d'argent de temps en temps à servir de guide ou à commencer avec les Sauvages, ça c'est mon plaisir, mais gratter toujours le même morceau de terre, d'année en année, et rester là, je n'aurais jamais pu faire ça tout mon règne, il m'aurait semblé être attaché comme un animal à un pieu.⁵» De même, LorenzoSurprenant, neveu d'Éphrem Surprenant, un ami de la famille Chapdelaine, qui explique à cette famille pourquoi il trouve que la vie en campagne est ennuyante et qu'il aime mieux aller habiter et travailler aux États-Unis: « Il s'arrêta là, mais laissa paraître qu'après la vie qu'il avait vécue, et ses voyages, l'existence lui serait intolérable sur une terre entre un village pauvre et les bois.⁶» Par...
tracking img