Maria chapdeleine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse littéraire sur un extrait de Maria Chapdeleine
Écrivain français du 19e siècle, Louis Hémon s'installe au Québec à la campagne de Péribonka, là où il a perçu tout les allures de la vie selon l'époque du terroir. Son oeuvre
Maria Chapdeleine apparût en 1916, décrit les grandes caractéristiques de ce temps. En effet, la valorisation des terres, l'importance de la religion ainsi que ledur travail de l'agriculture sont des attributs dominants dans cet oeuvre. Dans l'extrait du chapitre 15, le personnage de Maria entend des voix qui ont pour but de la convaincre qu'il est de son devoir de rester au pays. Le message général et les arguments que dictent les voix valorisent-ils la vie à la campagne? Pour mieux comprendre ce questionnement, il est important de situer les bienfaits decette vie, de différencier l'unicité du pays ainsi que de discerner les devoirs de persister à celui-ci.

1ere idée principale: Tout d'abord, la première voix fait part des avantages de la vie à la campagne.
a)En effet, l'auteur émet des caractéristiques valorisantes du milieu rural:
« L'apparition quasi miraculeuse de la terre au printemps après les longs mois d'hiver.» (p.236, l. 371)
Dansl'extrait, Louis Hémon décrit de façon gratifiante la beauté des passages des saisons de façon élaborée. Tout au long, on y décrit les merveilleux côtés de la nature, son évolution par rapport au temps de l'année ainsi que la faune: «neige»(p.236,l.372), «ruisselets»(p.236,l.373),«racines»(p.236,l.374),«mousse»(p.236,l.374),«bétail»(p.237,l.383), « volailles »(p.237,l.385), etc. Ceci nous démontreclairement que cette voix préconise la flore et la faune qui sont présentent à la campagne et veut faire réaliser à Maria qu'elle ne pourrait retrouver ces merveilles à la vie urbaine.
b)De plus, cette voix veut lui démontrer les principaux désavantages de la vie à la grande ville: « Mais peut-être se lassait-on de ce vertige à la longue, et les soirs où l'on ne désirait rien que les repos etla tranquilité, où retrouver la quiétude des champs et des bois […] la paix infinie de la campagne s'endormant tout entière dans le silence.» (p.237-238,l.411) Effectivement, ces paroles veulent lui faire prendre conscience que la tranquillité de sa vie ne se retrouvera pas en vie urbaine, elle se lassera très vite de ses énormes lumières et du bruit assourdissant. La voix exprime une certaineperception péjorative de la ville: « Mais peut-être se lassait-on de ce vertige à la longue.»
On y voit donc que ces paroles décrivent l'effet de la ville comme chose épuisante. La valorisation de la campagne emmène à démontrer l'unicité du pays.

2e idée principale: Ensuite, la seconde voix fait part des caractéristiques qui font du pays un coin unique.
a) Tout d'abord, la voix lui fait réaliserl'unicité de tout les noms attribués aux lacs, aux villages et aux rivières de son patelin: « Tous les noms de son pays, ceux qu'elle entendait tous les jours comme ceux qu'elle n'avait entendu qu'une fois se réveillèrent dans sa mémoire […] qu'ils découvraient et peuplaient à mesure.» . (p.238,l.424)
Les paroles font réaliser à Maria le lien qu'il y a dans tous ces noms et le sentiment plaisantde très bien les connaitres malgré leur nouveauté. L'auteur fait part d'une grande énumération au niveau des noms de villages: «Lac à l'Eau-Claire», «La Famine», «Saint-Coeur-de-Marie», «Trois-Pistoles», etc. On y voit donc une grande quantité de noms de villages mais qui quand même restent aux yeux de Maria des noms familiers. Toutes sont des choses singulières à la vie de Maria.
b)De plus, ladeuxième voix fait rendre compte à Maria comment uniques sont les cantiques et les chansons naïves attribuées à son pays: « Et de suite elle se souvint des cantiques et des chansons naïves qu'il apprenait aux enfants presque chaque soir.» (p239,l.464). Pour Maria ces cantiques sont des traditions du pays très importantes et ont une valeur propre à leur pays. Encore une fois, on démontre un...
tracking img