Marivaux la double inconstance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1578 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Double Inconstance
Marivaux
Comédie en trois actes représentée pour la première fois par les Comédiens-Italiens,
le 6 avril 1723

Personnages

LE PRINCE.
UN SEIGNEUR.
FLAMINIA, fille d'un domestique du Prince.
LISETTE, sœur de Flaminia.
SILVIA, aimée du Prince et d'Arlequin.
ARLEQUIN *)
TRIVELIN, officier du palais **)
DES LAQUAIS.
DES FILLES DE CHAMBRE.
La scène est dans lepalais du Prince.
*) Arlequin, Arlecchino en italien, est un personnage type de la commedia dell'arte qui est apparu au XVIe siècle en Italie, dont le costume est fait de losanges multicolores. Ceux-ci représenteraient les multiples facettes d'Arlequin.
**) Trivelin est l’un des types les plus célèbres de la commedia dell'arte. Se rapprochant à Arlequin, Trivelin représente, comme eux tous, unvalet astucieux, intrigant, spirituel et rusé.

L’histoire

Une jeune paysanne, Silvia, a été enlevée : elle est retenue dans le palais du prince car celui-ci l’aime, bien qu’elle soit déjà éprise d’un jeune homme de son village : Arlequin. Flaminia, une conseillère du prince, puis Trivelin tentent de rompre l’amour entre les deux jeunes gens. Contrairement à Trivelin, Flaminia réussit à gagnerleur sympathie et leur confiance. Ainsi, Silvia lui avoue que, malgré son amour pour Arlequin, elle aime un officier du palais qui lui a rendu visite plusieurs fois. Mais, elle ignore qu’il s’agissait, en fait, du prince incognito. Peu à peu, les deux jeunes paysans se laissent séduire par la vie de château. Arlequin tombe amoureux de Flaminia et néglige un peu trop Silvia. Il ne reste plus auprince qu’à dévoiler sa véritable identité et tout se termine bien par deux mariages.

Interprétation

Il est intéressant d’étudier, notamment pour la mise en scène, la différence entre les deux mondes : celui de Silvia et Arlequin, d’une part, qui est campagnard et simple, et celui de la Cour du Prince, plein d’intrigues et de représentations. Arlequin et Silvia sont-ils tous deux manipulés pardes corrupteurs ?
Il est aussi bon de noter l'omniprésence de la manipulation. Le Prince, en effet, par le biais de ses hommes de mains tels que Trivelin, Flaminia et Lisette, tentent de changer les sentiments de Silvia pour Arlequin, et vice versa. Flaminia est la seule à réussir, tandis que Trivelin par son incompréhension et son étonnement et Lisette par son esprit frivole et volage, échouent.RESUMEE
Le prince s’est épris d’une jeune paysanne Silvia, l’a fait enlever et conduire en son château. Il voudrait l’épouser, mais elle aime Arlequin. Le prince fait venir Arlequin à sa cour : il veut le rendre infidèle et, par là, ruiner l’amour que lui porte Silvia. Flaminia, fille d’un domestique du prince se montre secourable aux deux amoureux captifs, dans l’intention de gagner leurconfiance : la bonne table, les honneurs rendus par les courtisans et la grâce de Flaminia atténuent la peine d’Arlequin. Silvia apprend que les dames de la cour se moquent d’elle pour sa beauté rustique : piquée au vif, elle décide de les confondre. Il y a, à la cour, un officier qu’elle a aperçu naguère et qui lui plairait si elle n’aimait déjà Arlequin. L’officier se présente et assure Silvia de sonamour tendre et respectueux ; cela l’émeut et la flatte. Arlequin, mis en présence du prince, est fâché de contrarier un si bon seigneur, tandis que Flaminia, qui ne lui déplaît pas, le gagne de plus en plus. A son tour, Silvia est désolée de faire souffrir l’officier, qui est en réalité le prince lui-même. Le dénouement est celui qu’on attend : quand le prince se fera connaître à Silvia, lacomédie se terminera par deux mariages. A l’inverse des autres comédies où Marivaux nous montre un amour naissant, nous voyons tout d’abord la fin d’un tendre sentiment et l’apparition d’une nouvelle passion ; la vanité est l’attrait du nouveau sont cause de ce changement. Une cour galante sert de fond à cette intrigue qui est présentée avec un art délicat. Marivaux annonce Musset, par son pessimisme...
tracking img