Marketing

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1555 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Le marché du café

La consommation de café

Le café est devenu une des boissons les plus populaires à travers la planète. Plus d’1,5 milliards de tasses sont bues chaque jour dans le monde. Il n’est pas seulement consommé pour ses vertus stimulantes : « On prend un café ! » est une phrase devenue banale pour proposer une réunion informelle ou un moment convivial. Il s’est crée un réel actesocial autour de la consommation du café, centré sur le plaisir et l’échange.

Néanmoins, la demande du café a été fortement attaquée par la concurrence d’autres boissons.
On constate notamment, au cours des trente dernières années, que les boissons fraîches non alcoolisées rencontrent un fort succès auprès des jeunes au détriment du café. Ce n’est pas étonnant lorsqu’on voit les campagnespublicitaires développées par les compagnies de sodas, dont les budgets de communication dépassent de loin ceux consacrés au café.
Par ailleurs, la tendance actuelle à l’attention au bien être et à la santé pousse à privilégier des boissons dites « saines » et bénéfiques pour le corps comme les jus de fruits ou les eaux minérales.
Cependant, ces différentes tendances semblent se stabiliser etlaisser la place à de nouveaux modes de consommation du café comme le montre, par exemple, le succès grandissant des bars à café à l’américaine.

Le prix du café

L’industrie du café a enregistré des profits record chaque année depuis 2001.
En revanche, depuis une dizaine d’années le prix mondial du café a chuté, pour atteindre son minimum en 2002 à un prix (44 cents US la livre d’Arabica) necouvrant même pas les frais de production (environ 60 à 80 cents US la livre). Depuis, les cours se sont heureusement établis à un niveau plus élevé (autour de 120 cents US la livre).
Ainsi, le café ne représente pas toujours « l’or vert » pour tout le monde, en particulier pour ses producteurs, soit les 20 millions de personnes qui dépendent du café comme source principale de revenu. En effet, lapart du prix du café qui revient au producteur est minime lorsque tous les intermédiaires, plus ou moins scrupuleux, se sont servis.
De plus, ce revenu est soumis à la loi du marché puisque le prix du café est fixé au Nord, en fonction des variations du cours mondial du café à la bourse de Londres et de New York (le café est la deuxième marchandise échangée sur les marchés mondiaux en valeur aprèsle pétrole).

Le commerce mondial de café est contrôlé à 75% par une vingtaine d’entreprises, dont une seule est issue d’un pays producteur. Les autres ne sont que des importateurs comme Neuman Kaffe (Allemagne), Cargill (USA) ou Volcafé (Suisse).
Le café est généralement importé sous forme de café vert, représentant plus de 33 millions de sacs par an pour l’union européenne.
Le marché de latorréfaction connaît lui aussi une concentration très forte : 5 entreprises détiennent 2/3 du marché du café torréfié : Nestlé (numéro un du café soluble), Philip Morris, Sara Lee, Procter & Gamble, et Cara.
C’est en réalisant elles mêmes la transformation et le conditionnement du café que les grandes entreprises réalisent la part la plus importante de la plus-value.

Le café a donc un goût amerpour les petits producteurs qui, ne gagnant pas suffisamment, préfèrent quitter leur exploitation et partir dans les grandes villes à la recherche d’un emploi incertain.

Culture du café et différents types

Le caféier est un arbre fragile qui nécessite un climat tropical ou subtropical que l’on trouve en Afrique, en Amérique Centrale et du Sud, et en Asie.
Il existe deux grandes sortes decafé : l’Arabica et le Robusta.

L’Arabica est né en Ethiopie. Il est réputé plus fin et plus léger en caféine. L’arbre est fragile et ne se cultive qu’entre 900 et 2000 mètres d’altitude, essentiellement en Amérique centrale et du sud, ainsi qu’en Afrique de l’est. L’Arabica représente 75% de la production mondiale de café.
Comme son nom l’indique, le Robusta est moins fragile que l’Arabica....
tracking img