Marketing

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (947 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1) En vous basant sur la documentation fournie, expliquez en quoi le Québec constitue un bon point d’entrée pour FCM sur le marché canadien ?

Tout d’abord, sur une base individuelle, le Québecest la province qui dépense le plus pour son alimentation. Le déboursé québécois moyen est également supérieur aux autres provinces au niveau des aliments pour lesquels FCM se spécialise. Ces alimentsoccupent d’ailleurs une place importante pour les Québécois consistent en les viandes, les produits laitiers, les produits de boulangerie et les autres produits céréaliers. Il est aussi à noter qu’auQuébec, les consommateurs dépensent moins dans les magasins à rabais (Maxi et Super C) donc on peut supposer que cela augmente leurs dépenses en alimentation. Les Québécois dépensent davantage dansles magasins spécialisés comparativement au reste du Canada, car ceux-ci ont tendance à entretenir une relation particulière avec l’alimentation sur le plan de la qualité, du goût et du plaisir. Parexemple, les Québécois sont des amateurs de fromages fins, ce qui explique que leur déboursé en produits laitiers est plus élevés par rapport au reste du pays.

Toutefois, il faut faire la différence,ce ne sont pas tous les Québécois qui ont les mêmes habitudes alimentaires. Dans le cas des Québécois francophones, ceux-ci sont plus portés à essayer de nouveaux produits La marque leur est plusimportante que pour le reste des Canadiens, car ils pensent que payer plus équivaut à une meilleure qualité. Alors que dans le reste du Canada, les consommateurs tendent à acheter plus de produits ditsgénériques et de marque privée. Les Québécois francophones sont très orientés sur la famille, prendre un bon repas est très important pour eux. Ils sont aussi décrits comme étant innovateurs etindividualistes donc ils représenteraient un bon marché de départ pour FCM afin d’expérimenter.

Néanmoins, un sondage téléphonique réalisé en 2004 démontre que les Québécois n’accordent pas une...
tracking img