Martin heidegger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4498 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Heidegger, Martin
Messkirch, Bade, 1889 - id., 1976

Sa vie
Philosophe allemand. Martin Heidegger est né dans un petit village de Souabe (région dont sont également originaires Schiller, Hegel et Hölderlin) où son père était sacristain et tonnelier, et le milieu dans lequel sont élevés le jeune Martin et son frère, par une mère très catholique, est celui d'une petite bourgeoisie aisée,appartenant à un monde encore essentiellement rural et artisanal. Jusque dans les années 1930, la vie de Heidegger se confond avec un cursus scolaire relativement classique qui se poursuit à l'Université, jusqu'au professorat. L'élève Heidegger fait ses études secondaires au lycée de Constance, tout en étant jusqu'en 1906 pensionnaire dans un foyer de jésuites destiné en principe à de futursséminaristes.

Une carrière universitaire classique
En 1907, le docteur Conrad Gröber, futur archevêque de Fribourg, lui offre la dissertation de Franz Brentano De la signification multiple de l'étant chez Aristote (1862), premier ouvrage de philosophie lu par Heidegger et dont le thème annonce ses préoccupations futures. Renonçant à la prêtrise à laquelle il se destinait confusément, il termine ses étudessecondaires au gymnase de Fribourg et obtient son diplôme de fin d'études en 1909. Jusqu'en 1914, il reçoit à l'université de Fribourg une solide et classique formation, essentiellement théologique, mais aussi philosophique, accompagnée de cours de mathématiques, de sciences naturelles et d'histoire. Il commence à lire Husserl, Nietzsche, Kierkegaard, Dilthey, Dostoïevski, Höderlin et Hegel. En1915, il achève sa thèse (Traité des catégories et de la signification chez Duns Scot) et devient aussitôt, à vingt-six ans, chargé de cours non titulaire. Après la parenthèse de la guerre (1917-1919), il est pratiquement l'assistant de Husserl jusqu'en 1923, date à laquelle il devient professeur non titulaire à l'université de Marbourg.

En quittant Fribourg pour Marbourg, Heidegger pénètre dansun autre univers culturel, auquel il ne s'attachera pas. Une interprétation différente de la tradition kantienne oppose à l'époque les deux universités: l'Ecole de Marbourg (Cohen, Natorp, Cassirer) privilégie la dimension épistémologique, la théorie de la connaissance, l'examen des sciences; à Fribourg, au contraire, l'orientation est plus métaphysique; les critiques que Husserl développe àl'égard des philosophies cartésienne et kantienne vont dans le sens d'une radicalisation de leur projet: épurer les philosophies du sujet de toute psychologie pour leur donner le statut même d'une science, science du vécu, découverte des choses même à partir de l'activité du sujet. Mais, en 1923, Heidegger ne ménage déjà plus ses critiques acerbes contre le vieux maître, du moins à son insu. Parailleurs, s'il a abandonné depuis 1919 l'adhésion au système catholique, il reste profondément marqué par la condamnation de l'esprit moderne et de l'individualisme, au profit de la reconnaissance romantique de l'autorité et de la communauté qui caractérise les milieux catholiques fribourgeois.

Lorsqu'en 1927, à la demande du doyen de la faculté de Marbourg, il publie son premier ouvrage (Être ettemps), celui-ci fait à tout le monde l'effet d'une rupture. La nouveauté du vocabulaire, la manière de poser les problèmes, qui s'écarte sensiblement du ton de l'époque, attirent immédiatement sur lui l'attention. En 1928, Husserl prenant sa retraite, Heidegger rentre à Fribourg et occupe à sa suite, comme professeur titulaire, une chaire qu'il ne quittera plus. Il a trente-neuf ans. Confirmant sesorientations, deux ouvrages paraissent alors coup sur coup, au cours de l'année 1929: Kant et le problème de la métaphysique et Qu'est-ce que la métaphysique ? - texte de sa leçon inaugurale prononcée à l'Université.
Ainsi s'achève la première période d'une carrière universitaire classique dans l'Allemagne de l'époque. Mais, dès 1929, très critique à l'égard de la République de Weimar,...
tracking img