Martin luther

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1537 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Martin Luther

Alors qu'une figure aussi importante que Léonard de Vinci voyait le jour en 1452 et que Gutenberg créait sa première Bible trois ans plus tard, la Renaissance et la transformation de l'Eglise étaient en route. Mais le premier qui lança le processus plusieurs décennies plus tard, fut sans conteste, Martin Luther. Il est, avec Jean Calvin, Ulrich Zwingli et Martin Bucer, l'undes principaux artisans de la Réforme protestante. Luther est considéré comme le premier des réformateurs religieux du XVIe siècle. L'Église luthérienne, qui compte aujourd'hui 70 millions de membres à travers le monde, se réclame de lui mais aussi l'ensemble du Protestantisme. Avec Erasme, il est l'autre figure symbolisant l'entrée de l'Europe dans la Modernité.

Né le 10 novembre 1483 àEisleben dans le St Empire romain germanique, dans une famille catholique. C'est un citadin, bien qu'il parle de ses racines paysannes. C’est son père qui est en réalité d'origine paysanne. Mais Hans Luther, un père probablement autoritaire, qu'on présente parfois comme simple ouvrier mineur, finit tout de même par réussir dans l'exploitation minière du cuivre au point de pouvoir offrir à sonfils Martin l'éducation que lui-même n'a pas eu. Destiné à une carrière de juriste, son père l’envoie d’abord à l’école de Magdebourg chez les Frères de la Vie Commune en 1497 où il reçoit une première imprégnation religieuse. Ses études à l'université d'Erfurt révèlent un travailleur assidu qui obtient sans peine les titres de bachelier en 1502 puis de maître des arts en 1505. C'est au cours de cefatidique été 1505 que la trajectoire de Luther, jusque là conforme aux attentes familiales, va s'infléchir brusquement. Ce jeune homme fraichement diplômé, sur le point d'embrasser la magistrature, est aussi un être désorienté, fragilisé par de fréquentes crises d'angoisse, obsédé surtout par la mort et par le salut de son âme. Ce jour d'orage d'été où la foudre tombe à quelques pas seulement delui fait basculer son destin : ce feu du ciel est interprété par l'esprit torturé de Luther comme un signe divin, un avertissement salvateur. Il sent son âme en péril. Il voit dans cette foudre une parfaite allégorie, sorte de matérialisation de ses peurs et confirmation qu'il suit une mauvaise voie.
Il entre en 1505 au couvent des Augustins d'Erfurt, prières, jeûnes, veilles etmortifications, lectures, isolement... Le moine Luther est docile aux rigueurs de la vie en couvent et s'affirme comme un frère augustin scrupuleux, ce qui lui vaut d'être ordonné prêtre dès 1507 et d'occuper la chaire de philosophie. Il se met à étudier directement les textes bibliques, se livre à des réflexions personnelles qui l'éloignent des enseignements de la poussiéreuse et figée scolastique1. Sonardente quête est encouragée et stimulée par le Docteur Johannn von Staupitz2, éminent vicaire général des Augustins de toute l'Allemagne qu'il rencontre en 1508. Cet homme permet à Luther d'approfondir sa pensée en lui facilitant l'accès à l'université de Wittenberg. Luther y obtient plusieurs titres (baccalauréat, licence, doctorat, tous entre 1509 et 1512) ainsi que la fonction de prédicateur àl'église de la ville en 1514. Devenu prêtre, il étudie et enseigne la théologie et finit par s'interroger sur la grâce divine et les moyens d'accéder à la vie éternelle (Paradis). En étudiant l'épître aux Romains de St Paul, il est frappé par la phrase "Le juste vivra par la foi". Par cette révélation, il acquiert la conviction que l'Homme ne peut être sauvé que par sa foi et non par ses bonnesactions. De plus, il s'aperçoit que la hiérarchie à l'intérieur de l'Eglise est inutile : il n'y a plus besoin d'intermédiaire entre Dieu et les hommes puisqu'ils sont tous égaux. La papauté est donc remise en cause. Ainsi, suite à l'affaire des Indulgences où le Pape vendait des "petits" papiers pour le rachat des péchés des fidèles pour rénover la basilique St Pierre de Rome, ce qui est contraire à...
tracking img