Marx et les droits de l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Karl MARX et les Droits de l’Homme
PLAN Introduction I- La pensée de MARX A- Vers le communisme B- La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et la question juive II- La distinction des droits de l‘homme et des droits du citoyen. A- L’Homme comme citoyen B- La critique de MARX du corps de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen Bibliographie : Ouvrages : Raymond ARON,Essai sur les libertés , Paris, Editions Pluriel, 1998 Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA/ Frédéric SUDRE/ Hélène GAUDIN/ JeanPierre MARGUENAUD/ Stéphane RIALS, Dictionnaire des droits de l’Homme, Paris, Editions PUF, 2008 Etienne BALIBAR, La philosophie de Marx, èditions La Découverte, 1993 Francis-Paul BENOIT, de Hegel à Marx, philosophie – économie – sociologie, Éditions Dalloz, 2009 Franz MEHRING, KarlMARX histoire de sa vie , Paris, Editions sociales, 1983 Philippe NEMO, Histoire des idées politiques aux temps modernes et contemporains, Editions PUF Jean TOUCHARD, Histoire des idées politiques - du XVIIIe siècle à nos jours, Tome 2, Paris, Editions PUF, 2005 Sites internet : http://www.gaucheliberale.org/post/2008/02/14/Karl-Marx-et-les-droits-delhommehttp://jeanzin.fr/ecorevo/philo/pretapen/droithom.htm http://www.universalis.fr/encyclopedie/T901022/BAUER_B.htm http://www.lafabrique.fr/spip/IMG/pdf/KARL_MARX.pdf http://www.liberte.ch/histoire/ddhc/ http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp http://marxistsfr.org/francais/marx/works/1850/04/km_18500400.htm http://www.rosalux.de/cms/index.php?id=16413http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/lesconstitutions-de-la-france/les-constitutions-de-la-france.5080.html 1

Introduction Pour commencer nous avons choisi une citation de Victor Hugo tirée de « Actes et paroles » écrit en 1876 : « Hommes et citoyens, nous avons dit plus d'une fois dans notre orgeuil : Le XVIIIème siècle a proclamé les droits de l'homme, le XXème siècle le droit de le femme, mais il faut l'avouer,citoyens, nous ne nous sommes point hâtés ». Karl MARX est né à Trèves en 1818 en Prusse rhénane. Ses parents sont tous deux enfants de rabbins. Mais le père de MARX, avocat, a dû se convertir au protestantisme du fait de la situation des juifs de l’époque, pour pouvoir exercer sa profession. Marx entre à l’université de Bonn en 1835 pour y étudier le droit, puis en 1836, il continua ses études àBerlin où il suivra surtout des cours d’histoire et de philosophie. En 1843 Marx s’installe à Paris. À l’époque, il commence à se pencher sur l’économie politique, c.à.d. la science de la production et de la distribution des richesses à l’échelle d’un pays. A cette époque, à la fin du XVIII siècle et au début du XIX, il y avait deux pensées économiques qui se sont affirmées avec vigueur : - lelibéralisme, né d'une opposition à l'absolutisme politique légitimé par des conceptions religieuses (affirme la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelles sur le pouvoir du souverain. Il repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux qu'aucun pouvoir ne peut violer, ses libertés, que défendent les libéraux) avec Turgot, Quesnay et J.-B. Say, - etle capitalisme, qui la liberté d’action et d’initiative privée guidées par la recherche du profit. Il se caractérise par : la propriété privée des moyens de production et une économie de marché où les consommateurs expriment leurs choix, et c’est ainsi que se forme librement les prix par la confrontation de l’offre et de la demande…soutenu par Mill, Adam Smith et Ricardo. Ces doctrines analysent lasystématisation de la situation de l’économie, ca va signifié donc la gestion de l’économie par les entrepreneurs, en vue de la satisfaction des besoins de tous, et sous la surveillance restrictive de l’État (libéralisme) et la gestion de l’économie par les financiers, en vue de gains en monnaie par les détenteurs de capitaux, l’État s’abstenant en principe de toute intervention (capitalisme)....
tracking img