Master 1 communication et ressource humaine le 19/11/2010 fiche de lecture alain supiot, l’esprit de philadelphie : la justice sociale face au marché total

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2459 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le 19/11/2010
Fiche de Lecture

Alain Supiot, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, 2010, 182 p.

Biographie

Alain Supiot est docteur d’Etat en droit (Université de Bordeaux, 1979), agrégé des facultés de droit (1980), membre depuis 2001 de l’Institut Universitaire de France (chaire Dogmatique juridique et lien social). Alain Supiot a étésuccessivement Professeur à l’Université de Poitiers puis de Nantes ainsi que chercheur invité dans diverses institutions étrangères (Berkeley, Florence, Berlin).
De 1998 à 2001, il a présidé le Conseil National du développement des sciences humaines et sociales et il est membre depuis 2008 du conseil scientifique de la Ville de Paris. Ses travaux portent sur le droit du travail et de la sécuritésociale et sur l’analyse des fondements dogmatiques du lien social. (Site des Etudes avancée de Nantes).

Résumé

L’Esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, est un des derniers ouvrages d’Alain Supiot, en effet l’œuvre est publiée en Janvier 2010 aux éditions du Seuil.
Le livre part d’un fait historique : le 10 Mai 1944 c'est-à-dire date de la signature de laDéclaration de Philadelphie aux Etats Unis. C’est la première déclaration internationale des droits à vocation universelle.
Après les atrocités des deux Guerres Mondiales qui avaient engendré dans leur sillon le lancement de la bombe atomique, ou encore la Shoa, les pays occidentaux aspirent à un futur meilleur où ils sortiraient grandis de tous ces évènements. La Conférence générale de l’OrganisationInternationale du Travail (OIT) redéfinit à Philadelphie les buts et les objectifs de celle-ci. Il se pose ainsi les principes fondamentaux sur lesquels est fondée l’Organisation. (Art. I)
* Le travail n’est pas une marchandise ;
* La liberté d’expression et d’association est une condition indispensable d’un progrès soutenu ;
* La pauvreté, où qu’elle existe, constitue un danger pour laprospérité de tous ;
* La lutte contre le besoin doit être menée avec une inlassable énergie au sein de chaque nation et par un effort international continu et concerté dans lequel les représentants des travailleurs et des employeurs, coopérant sur un pied d’égalité avec ceux des gouvernements, participent à de libres discussions et à des décisions de caractère démocratique en vue depromouvoir le bien commun.
Voici la reconstitution du Premier Article de la Déclaration de Philadelphie qui pose les bases du développement d’Alain Supiot. L’auteur prend pour départ la grande idée de la justice sociale ; nous pouvons nous demander ce que représente cette notion. C’est une construction morale et politique qui rassemble des notions importantes telles que : l’égalité des droits maiségalement la solidarité collective, « la solidarité signifie que le fait des autres ne doit pas diminuer la responsabilité de chacun » 159 p. Digeste 45, 2, 2.
Alain Supiot articule son développement en deux parties, décomposées en neuf chapitres :
Première partie :
* Chapitre I : Les noces du communisme et du capitalisme
* Chapitre II : La privatisation de l’Etat providence
* ChapitreIII : Le marché total
* Chapitre IV : Les mirages de la quantification
Deuxième partie :
* Chapitre V : L’art des limites
* Chapitre VI : Le sens de la mesure
* Chapitre VII : La capacité d’action
* Chapitre VIII : La charge des responsabilités
* Chapitre IX : Les cercles de solidarité
Dans la première partie de l’œuvre, l’analyse se porte sur des faits sociologiques,historiques, partant du constat de la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à nos jours. Ainsi les politiques économiques occidentales révèlent la dégradation de la place de l’homme au sein de la société. La primauté de l’objectif de justice sociale s’estompe à vue d’œil, face aux exigences écrasantes de l’économie ultralibérale. Nous assistons à la confrontation de pays qui ne partagent pas la même vision...
tracking img