Maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1253 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
commentaire composé c'était sur l'univers fantastique il fallait décrire plus spécialement le décor et le paysage, ensuite décrire le héros fantastique, après le thème du double et après la folie et dire que quand Maupassant écrit il est toujours lucide

Pour mieux comprendre le fantastique, il faut déjà le différencier du merveilleux. En effet, le fantastique fait irruption dans notre vie detout les jours, ou les trolles, les fées et les dragons n’ont pas leur place, contrairement à l’univers merveilleux, où cela ne nous choquerait pas. Le fantastique se superpose sur le réel, sur ce qui existe et nous fait nous interrogé sur des choses que l’on ne devrait pas. Dans cet univers particulier, le fantastique ne peut pas intervenir partout. En effet, en plein jour, nous nous sentons ensécurité, il aime donc intervenir dans des lieux obscurs, la nuit. Pour Maupassant, la nuit est ambiguë, elle est attirante mais effrayante (il a la même attitude pour les femmes et l’eau).

Il est possible qu’il intervienne la journée mais dans des pièces sombres, dans une chambre à coucher par exemple. Elle est toujours composée du même mobilier (une armoire, une commode, le fauteuil, la glace,le secrétaire et le grand lit », l’ambiance y est angoissante, il y a très peu de lumière, des recoins très sombre, propice aux apparitions. D’ailleurs, Maupassant nous décrit très bien ce décore dans « Apparition » où il y a l’apparition d’une femme morte. Elle apparaît derrière le fauteuil, ou le narrateur était assit.

Maupassant aime intégrer le fantastique dans des lieux humides comme lebord de Seine, la Normandie, Paris etc. Ces contes se déroulent toujours dans des endroits qu’il connaît très bien. Il est aussi attiré par les villes d’eau. Dans sa vie, il y a allait pour se soigner, car il était malade, surtout à la fin de sa vie où il souffrait des dents, de la tête, de l’estomac.

Dans le récit fantastique, plus l’histoire sera incroyable, plus les repères temporelle sontimportants. Cela donne de la crédibilité à l’histoire et cela permet de la rendre plus véridique. Dans le Horla par exemple, comme il s’agit d’un récit sous forme de journal, il y a beaucoup de repère temporelle et en lisant l’histoire, on a l’impression que les faits viennent de se passer, ce qui donne l’impression que même si ce qui est écrit est fantastique, c’est réel. Les couleurs du fantastiquessont aussi importantes. Elles annoncent quelques choses qui va se passer. Ces couleurs sont rouges, blanches et noires, mais c’est le blancs qui domine. Dans apparition, on le voit bien dans cette phrase « Une grande femme vêtue de blanc me regardait… » On le voit également lors de l’apparition de Lady Madeleine dans la chute de la maison d’Usher ou dans le Horla, lorsque le narrateur voit letrois-mât, les évènements fantastiques commencent « …dont le pavillon rouge…un superbe trois-mâts brésilien, tout blanc… ».

Maupassant aime faire évoluer son héros dans des environnements effrayants, hostiles, ou le fantastique peut apparaître, que se soit sous la forme d’apparition, de parties du corps (La chevelure, la main d’écorché). Cependant, son héros fantastique a généralement toujours lemême profil. Il s’agit d’un homme célibataire, qui a parfois qu’elle aventure physique avec des femmes, mais qui ne s’attache pas, il mène un vie sans problèmes d’argent, il est très solitaire et même s’il le souhaite, il n’arrive pas à être pleinement heureux. C’est souvent quelqu’un de très sensible, névrosé, qui aime la nature et les belles choses. Cette description me fait vraiment penser àMaupassant lui-même.

En effet, dans sa vie, il a eu certes des aventures avec des femmes, mais il ne s’est jamais engager. La seule femme qu’il a aimer, c’est sa mère. Tout comme son héros fantastique, il est riche, mais cela ne le rendait pas heureux. Dans les histoires qu’il écrit, Maupassant s’inspire énormément de sa vie, de ses expériences, des lieux qui l’ont marqués. Il n’écrira jamais...
tracking img