Mauriac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marché et éthique sont ils compatible ?
(Dissertation)

Le marché est un lieu de rencontre, réel ou fictif, entre des offreurs et des demandeurs, qui visent la maximisation, respectivement, de leurs profits et de la satisfaction que leur procure la consommation. L’éthique, est une discipline pratique qui se donne pour but de dire comment les êtres doivent se comporter. Par extension, onqualifie "d’éthique" une conduite conforme à des principes moraux, qui n’est donc pas motivée par des calculs intéressés. On voit donc bien la rupture possible entre marché et éthique.
Éthique et marché sont-ils bien compatibles ? C’est à dire, l’éthique, qui n’a pas pour visée l’efficacité économique immédiate peut-elle elle être économiquement efficace ?
Dans un premier lieu, nous allons montrer queMarché et éthique sont incompatible, puis dans un second temps nous verrons que cependant dans certains cas le Marché et éthique peuvent être compatibles.
Tout d’abord marché et éthique sont théoriquement incompatible. Pour les libéraux, ce sont les comportements égoïstes, individualistes qui favorisent l’efficacité du marché. Les sciences économiques ont longtemps donné unevision neutre de toute considération morale ou éthique de la concurrence, en général, et des agents du marché. L’individu est censé ne poursuivre que ses propres intérêts et rester indifférent aux peines et aux satisfactions des autres, c’est le modèle de concurrence pure et parfaite (CPP) que le prix régule avec des partenaires intellectuellement et économiquement « bien armés » (Walras). L’éthiqueest donc en quelque sorte théoriquement expulsée du marché de CPP.
En réalité, ce modèle théorique a vécu. La volonté de la maximisation du profit s’exprime dans celle de la maitrise du marché et des coûts par tous les moyens (délocalisations, offres marketing, mise en place de cartels…) : en quelque sorte, dans les modèles théoriques plus récents, de concurrence imparfaite, tous les coups sontpermis pour maximiser ses gains, notamment ceux donnés au modèle de concurrence pure et parfaite. Par exemple, on baisse les couts de production notamment le cout de travail, c'est-à-dire les salaires .On est loin de l’éthique puisqu’il faut appauvrir les salariés (par exemple) pour s’enrichir. D’un point de vue théorique, il y a donc un conflit entre les objectifs économiques de maximisation desgains, de ses propres intérêts, et les valeurs morales.
La référence actuelle pour nos entrepreneurs est la shareholder value en d’autres termes, la redistribution du profit sur la base des actions possédées par un groupe d’actionnaires : on parle de « capitalisme actionnarial. » Ce groupe d’actionnaires est de plus en plus éloigné de l’activité propre de l’entreprise et a de plus en plus commevolonté de valoriser au plus vite l’achat d’actions qu’il a réalisé pour le compte de fonds de pensions, de fonds souverains, de fonds de private equity. Leur objectif est de maximiser leur profit très rapidement sans tenir compte du rythme propre des entreprises dont ils détiennent la majorité des actions. L’accélération et la fluidité des marchés financiers ont encore accéléré cette tendance et leprincipe de la maximisation du profit à court terme paraît bien fort, face à des entreprises où le management est soumis à ces directives.
Cependant des fonds souverains, aujourd’hui, agissent de manière inverse et privilégient des investissements dans des entreprises dont l’éthique est apparemment irréprochable.
Ainsi nous allons voire dans un second lieu que le marché et l’éthique peuventcohabiter et plus précisément que les entreprises peuvent tirer profit de comportements éthiques sur le marché.
En effet marché et éthique peuvent cohabiter. L’intégration du développement à long terme de l’entreprise est le reflet de l’économie réelle. Ainsi, l’entreprise, donc le marché, doit garantir le jeu effectif des contre-pouvoirs dans l’entreprise, les États doivent favoriser l’émergence...
tracking img