Max weber

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3197 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Introduction :

Le système capitaliste est caractérisé par une logique de rationalisation qui peut-être questionné. En effet, il convient de se demander dans quelle mesure ce système peut-il être rationnel au regard des effets négatifs qu’il engendre mais aussi des critiques formulées par les néo-keynésiens tel que Joseph Stieglitz. Max weber a analysé les logiques de rationalisationen occident en s’appuyant sur l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Il conviendra également d’analyser les prolongements contemporains notamment les effets pervers de la bureaucratie.

I) Les principes de l’analyse weberienne :

A) Les fondements

La socialisation de Max Weber est un sociologie compréhensive c’est à dire qu’il cherche à comprendre le monde parinterprétation des actions sociales, il cherche à comprendre le sens que revêt les activités sociales. Ces dernières ne vont pas toutes avoir le même sens puisqu’il existe une diversité des actions sociales. Weber définit une action sociale comme un comportement volontaire dirigé vers autrui ; les socialistes parlent aujourd’hui « d’interactions ». Dans le cas inverse, c’est une action individuelle.Max Weber est un précurseur de «  l’individualisme méthodologique », qui est une approche sociologique qui soutient que les phénomènes sociaux résultent des actions individuelles c’est à dire que les comportements ne s’imposent pas à l’individu mais c’est celui-ci qui les détermine. Par conséquent, il s’oppose au courant holisme étant une approche sociologue qui soutient que la sociétédétermine les comportements individuels.
Weber a cherché à savoir ce qui faisait la spécificité des sociétés modernes. Pour rendre compte des phénomènes sociaux, Weber pense qu’il faut remonter aux raisons des actions individuelles : il part du sens que l’individu donne à l’action. Pour analyser les actions sociales, Marc Weber va construire une représentation de la réalité, une image, unefaçon de la concevoir afin de pouvoir élaborer des hypothèses et de les comparer à cette réalité. On appelle ce la «  idéal-type ». C’est une construction théorique obtenue en accentuant les traits caractéristiques d’un phénomène social que l’on observe, en supprimant tout ce qui peut paraître accessoire. Il s’agit en quelque sorte d’une grille de lecture théorique des l’activité sociale, qui permetde mieux les comprendre. L’idéal-type ne reflète pas fidèlement le réel mais en facilite l’analyse. L’objectif n’étant pas d’atteindre l’idéal-type.
L’analyse des actions des individus en société constitue bien le cœur de la théorie de Max Weber. Pour lui, les actions sociales peuvent prendre quatre formes c’est à dire quatre idéaux-type en fonction du sens de ces actions :
- actionsociale traditionnelle qui est caractérisé par les us et coutumes. C’est donc un comportement qui de par la coutume ou croyance de longue date où l’acteur agit selon une longue pratique coutumière :

Ex : le signe de croix pour un catholique, se marier en blanc, manger du poison le vendredi.
- action sociale affective où l’acteur agit suivant l’humeur du moment. Ce sont desréactions instinctives :
Ex : offrir un cadeau, une gifle donné sous le coup de l’émotion.
- action sociale rationnelle en valeur dans laquelle l’acteur ne se préoccupe pas des résultats et des moyens de son action car il recherche la valeur pour elle-même.
Ex : les kamikazes (défendre l’honneur de la patrie, ou une conception de la religion), capitaine qui coule avec son navire.-action sociale rationnelle en finalité ou en tout à l’acteur vu adapter ses moyens en fonction de l’adjectif à atteindre. Il s’agit d’un calcul coût / avantage.
Ex : l’entrepreneur qui divise le travail pour améliorer la productivité, et à terme faire augmenter son profit, investissement d’une entreprise, les études , le général d’armée qui positionne les...
tracking img