Maxi95

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Travailler le roman d’aventure au CIII

Des textes fondateurs de la littérature de jeunesse
Les origines du roman d’aventure se confondent avec celles du roman en général car les premières grandes œuvres connues sont des récits de voyage (l’Odyssée par exemple). Cependant, sa reconnaissance fut plus tardive, et concomitante du développement du roman populaire et de la littérature de jeunesse.Quand le roman de Daniel Defoe « Robinson Crusoé » parait en 1719, l’éventail des livres destinés aux enfants est très réduit. Il s’agit d’une littérature très pédagogique et moralisatrice, destinée à offrir des figures exemplaires à des enfants issus des classes privilégiées. Par contre, tous ont accès à la littérature orale à travers comptines, formulettes, chansons ou contes.
Le livre deDaniel Defoe n’était pas écrit pour les enfants, mais Jean-Jacques Rousseau pense qu’il pourrait leur être proposé en l’adaptant aux exigences des éducateurs et en le transformant en chronique.

Au XIXième siècle, le mode de parution des récits évolue vers le feuilleton : c’est la grande époque du roman populaire et le roman d’aventure bénéficie de cet engouement. Il se libère et ses héros ne sontplus si sages… même si ces ouvrages se présentent encore comme des romans d’éducation et de formation. Avec les romans de Jules Verne (Cinq semaines en ballon, 1863), et Sans famille de Hector Malot (1892), c’est l’apogée du roman d’aventure pour la jeunesse.
Parallèlement, l’ouverture sur la littérature étrangère permet la diffusion de Tom Sawyer de Mark Twain (1833) et L’île au trésor deRobert Louis Stevenson dans les années (1881).

Plus récemment, le roman d’aventure évolue dans trois directions :
-L’attirance de l’autre, de celui qui n’est que de passage et qui aurait pu être un frère : il ne s’agit plus de découvrir une autre terre, mais bien un autre soi-même, comme dans l’enfant et la rivière d’Henri Bosco (1953). L’enfant est susceptible de réaliser les désirs anciens queportent les adultes.
-La fascination pour l’innocence de l’enfance : le livre de Michel Tournier (« Vendredi ou la vie sauvage », 1971) en est une illustration. Il relate un voyage dans l’espace, mais aussi dans le temps, à la recherche d’une part de soi-même dont on n’arrive pas à faire le deuil, d’une enfance perdue. C’est une tentative de retour au passé, un retour aux sources où le rêve et larecherche d’intériorité prédominent. Cette recherche d’un âge d’or disparu est une métaphore du retour à une humanité primitive, non encore marquée par le vice et la corruption. Cette innocence d’avant la civilisation s’était d’ailleurs déjà illustrée par le mythe de l’enfant sauvage : issu d’un espace vierge de toute empreinte de civilisation, cet enfant est la part de chacun qui voudraitrépondre aux mystérieux appels de la forêt.
-La quête nostalgique d’une essence différente : à la recherche d’un pays où l’on n’arrive jamais, les héros partent ainsi en quête d’absolu, attirés par l’attrait de l’inaccessible.

On observe également une mise à mal d’un des principaux stéréotype du roman d’aventure classique : les héros ne sont plus seulement masculins. Les femmes trouvent désormais uneplace centrale dans le roman d’aventure, surpassant même les hommes en endurance, en habileté et en courage.

Ainsi, le voyage est une métaphore de l’existence comme accomplissement de soi, passant par l’acquisition d’un savoir et la victoire sur les épreuves accumulées en chemin ; il est une métaphore de la quête philosophique du bonheur.

Essai de définition du roman d’aventure

Tenter dedéfinir le roman d’aventure n’est pas chose facile :

-Le mot aventure peut d’emblée être associé à l’action, au mouvement (définition de Wikipédia) : c’est un récit de voyage -réel ou imaginaire- où les personnages vivent nombre de péripéties qui tiennent le lecteur en haleine.

-Indissociable du voyage, la promesse d’évasion occupe une place centrale dans le récit et c’est sans doute à...
tracking img