Media

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4295 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Médias et démocratie La fonction des médias dans la démocratie
Les médias, du moins dans les pays occidentaux, assurent la circulation des opinions, leur confrontation, et leurs limites ou leurs insuffisances sont aussi celles de la démocratie. Les critiques récurrentes qu’ils suscitent oublient parfois la nature de cette dernière – où les débats s’organisent à partir de l’opinion commune, celledes simples citoyens, et ne sauraient être parfaitement ordonnés par la raison ni soumis à une vision du monde ou une autorité surplombantes. Si la communication menace toujours l’information, le public est pour partie coresponsable de la qualité des médias, leur réception par les individus n’étant par ailleurs nullement passive. Daniel Bougnoux insiste également sur l’articulationdémocratie/médias : le gouvernement élu représente le peuple souverain et agit en son nom, les médias permettent dans l’intervalle de deux élections de continuer à faire entendre l’opinion du peuple auprès du pouvoir en place. Mais l’apparition de nouvelles technologies offre aux citoyens la possibilité de concurrencer les journalistes dans la saisie et le traitement de l’information. Faut-il y voir un progrès dela démocratie ou bien craindre que blogs et chats manifestent plutôt le recul d’une information publique, générale, soumise à des règles déontologiques, au profit d’enfermements égotistes ou d’emballements grégaires ? C. F.

a première évidence à rappeler, à l’ouverture d’une réflexion sur un sujet particulièrement ressassé et documenté, c’est la liaison intrinsèque, consubstantielle, desmédias et de ce que nous appelons démocratie. Celle-ci se définit en effet, depuis (au moins) Kant, par le principe de publicité, « Öffentlichkeit », autrement dit par la libre circulation des opinions et leur confrontation, seule façon d’établir un bon gouvernement, qui soit conforme aux vœux de la majorité. Les « Lumières » ne consistent pas à réclamer partout le règne d’une raison scientifique,laquelle se révélerait peut-être inopportune, voire catastrophique en matière politique ; un gouvernement d’experts ou de savants ne réalise pas le projet démocratique, qui suppose en revanche une culture de l’argumentation et du débat, donc une opinion entretenue par la communication sans entraves de chacun avec tous. « Démocratique » qualifie ainsi une politique moyenne, ou de la médiane, à laquellecollaborent des médias eux-mêmes moyens, entendons : qui n’endossent pas en priorité les grandes ou hautes paroles de la religion, de l’art, de la science ou de l’idéologie, mais qui se contentent bêtement d’acheminer les vérités basses, au jour le jour, de l’opinion. Si ce dernier mot, la doxa, figure, dans la tradition platonicienne du grand rationalisme classique, l’obstacle toujours récurrentde la connaissance scientifique, il constitue la cause ou la chose même de la démocratie, son étalon indépassable, comme on le voit notamment par le mécanisme de l’élection. Être démocrate, c’est donc œuvrer sans réserve à l’élargissement de cette opinion, c’est étendre la visibilité de la chose publique ou commune pour favoriser cette « mentalité élargie » ou affranchie appelée par les Lumières :ouverture aux mondes et aux raisonnements des autres, publicité des débats, libre circulation des journaux et pluralisme de la presse…, nous voyons par ces critères ce qui distingue nos démocraties de diverses aristocraties, tyrannies ou théocraties, et nous reconnaissons dans nos médias le principe du lien, ou la médiation majeure entre je et nous. Nos journaux fourmillent sans doute demensonges, mais le moyen, sans eux, de raccorder l’individu à la communauté qui le dépasse ? Ce tournant communicationnel dans la gestion du groupe humain ouvre à un monde plus horizontal, où des sujets réputés égaux se trouvent aux prises les uns avec les autres ; l’âge démocratique, selon son idéaltype, semble donc travaillé ou fléché par les valeurs de l’auto-organisation, de l’immanence et de la...
tracking img