Melancholia victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (411 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ILLSUTRATIONS POUR LE POÈME „MELANCHOLIA“ DE HUGO, EDITION HETZEL 1880

Cette illsutration n’est pas une représentation réaliste du travail des enfants mais c’est une caricature pour montrerl’enfer que vivent ceux-ci. L’image touche donc à une vision fantastique. C’est une perssonification du travail des enfants. Il y a un axe de symétrie (__) dans l’illustration qui montre que la machineressemble à un monstre (yeux bouches...). Tout se retrouve des deux cotés. Meme les enfants sont en même nombre de chaque côté de l’axe.

L’image est composée de plusieurs éléments. L’élément majeur estla machine (__) qui prend une place considérable dans cette illsutration. La machine dans le poème de Victor Hugo est qualifié de „prison, une machine sombre, monstre hideux, un bagne, un enfer“. Onvoit bien sur l’illsutration que la machine ressemble à un monstre (__) : „la bouche“ où tous les enfants sont rassemblés pour travailler. Cf „sous les dents“, „ qui mache on ne sait quoi dansl’ombre“. La machine est donc vu sous un jour effrayant comme dans la Bête Humaine de ZOLA, et le Voreux dans Germinal. La machine est „d’airain et de fer“ -> matériaux durs.
Le second élément tous les enfants(__) qui sont accroupis. Les enfants travailleurs sont assimilés à la machine, ils font toujours la même chose, sans cesse : „dans la même prison, le même mouvement“. Ils sont assimilés à desesclaves. Cependant dans le poème; Hugo indigné qualifie les enfants de „doux etres pensifs, filles de 8 ans, innocents, anges, petits comme nous sommes“. L’agilité, la souplesse, la petite taille desenfants font su’ils sont utilisés pour surveiller les machines dans les mines. Sur l’illustration, on peut compter 6 enfants. Deux filles sont à l’avant de la machine, tandis que 4 enfants sont àl’intérieur de la machine accroupis par terre. On peut voir qu’ils sont sales comme il est dit dans le poème „Aussi, quelle pâleur, la cendre est sur leur joue“. (__).

La tonalité de l’ensemble...
tracking img