Melmancholia

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2807 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE MELANCHOLIA
  " COMMENTAIRE COMPOSE MELANCHOLIA DE VICTOR HUGO "
 COMMENTAIRE COMPOSE DE
 MELANCHOLIA  
(Victor Hugo; les Contemplations)
 ----------------------------------
* Poême
* Commentaire N°1
* Commentaire N°2
----------------------------------
 
 Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? .
Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous les meules (2) ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain (3),tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! La cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre Père, voyez ce que nous font les hommes ! »
Ô servitude infâme imposée à l'enfant !
Rachitisme (4) ! travail dont lesouffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée,
Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain !-
D'Apollon un bossu, de Voltaire un Crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on sedemande « Où va-t-il ? que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! Qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Victor Hugo, Les Contemplations, 1856.
(1) Le poème de Victor Hugo emprunte son titre à une gravure de l'Allemand Dürer représentant un ange triste et pensif.
(2) Broyeuses.
(3) Bronze.
(4) Déformation des os.------------------------------------------------
 Commentaire N°1
           INTRODUCTION:
          Victor Hugo, grand auteur romantique du 19°siècle s'est préoccupé tout au long de sa vie, du sort des misérables et a lutté, contre toute formes d'injustices sociales. Dans Mélancholia qui fait partie des Contemplations (1856), il évoque le travail dur et pénible des enfants. Nous étudierons d’abord l’exploitation des enfants dansl’univers infernal de l’usine, puis ses sentiments et ses idées de justice et de liberté.
 
            DEVELOPPEMENT
C’est avec réalisme que le poète nous décrit l’état physique des enfants. Il insiste sur leur mauvaise santé « que la fièvre maigrit », leur fatigue « bien las » et leur manque de vitalité. Les couleur qu’il évoque sont pales « quelle pâleur !!!!!!!! ; la cendre est sur leur joue ».ces enfants sont victime des adultes qui les emploient pour le profit. Victor Hugo insiste sur leur conditions de travail « ils s’en vont travailler 15 H sous des meules » .
L’auteur décrit de façon fantastique le monde de l’usine. Il emploie de nombreuses métaphores pour insister sur la personnification des machines « sous les dents d’une  machine sombre. ». Cet univers est infernal, la gradationcroissante « prison ; bagne ; Enfer » nous plonge dans ce monde d’esclavage que subissent ces innocents. En effet, Hugo oppose la faiblesse des enfants « accroupis sous les dents d’une machine sombre » a la puissance des machines. Dans cet univers froid et dur « tout est d’airain tout est de fer » V H glisse des adverbes de temps qui suggère le travail répétitif et monotone « éternellement ; mêmemouvement ; quinze H sous les meules » . L’auteur utilise beaucoup de dentales pour suggérer la dureté du travail.
Dans ce monde dur, glacial et usant, VICTOR HUGO va utiliser des verbes forts pour exprimer son désaccord avec cette forme d’exploitation « aie, qui tue ». Il pense aux conséquences que peut entraîner ce travail injuste « Et qui ferait d’apollon un bossu et de voltaire un...
tracking img