Memnon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1936 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de l'incipit de Memnon de Voltaire, depuis : « Memnon conçut un jour le projet insensé d'être parfaitement sage .» jusqu'à : « … cela est sans difficulté ».

Voltaire est un homme mûr quand il rédige et publie Memnon en 1749. Ecrivain célèbre, philosophe engagé dans tous les combats contre l'intolérance, ce chef de file des Lumières en France et dans toute l'Europe est aussi unhomme fortuné, amoureux des plaisirs qui séduisent tout mondain et passionné de théâtre (c'est sur les planches un comédien résolu à s'amuser tout en amusant la galerie). Tous ces traits, on les retrouve dans ses contes philosophiques, aussi bien sa verve que son ironie mordante, mais toujours dans une note plaisante qui détend tout en faisant réfléchir. Memnon est un récit court dont le héroséponyme occupe le centre de l'histoire. C'est lui qu'on présente dès le début dans un monologue intérieur qui lance la première péripétie, lui autour duquel tournent les événements. Voltaire en est la narrateur, gardant ainsi la main sur l'esprit et le style du conte. C'est l'incipit qui retiendra notre attention ici, les trois premiers paragraphes du moins, nous invitant à entrer dans le récit d'unemanière qu'on montrera d'autant plus originale qu'elle nous divertit tout en nous invitant à tirer des faits relatés la morale que l'auteur a voulu expressément y mettre (le sous-titre est un indice du thème central autour duquel tout sera construit : ou la sagesse humaine).

Tout se passe au début dans la chambre de Memnon et dans sa tête ; ce qui suivra, dès l'instant où Memnon se mettra à lafenêtre, se déroulera à l'extérieur, en d'autres lieux. Le narrateur, qui n'est autre que l'auteur, prend la parole dès le début à la manière d'un conteur : « Memnon conçut un jour le projet... ». Le récit est au passé et, dès le troisième mot, s'ajoute au prénom exotique un indice du conte classique pour enfants, « un jour », formulant autrement l'impersonnel « Il était une fois ». Memnon renvoieau nom d'un roi de Haute-Egypte, soulignant ainsi le caractère oriental et princier du personnage ; il sera parlé plus loin de la ville assyrienne de Ninive où vit le receveur-général des finances à qui le héros a confié ses biens. On est donc d'entrée de jeu en pleine fiction, dans un monde merveilleux, en compagnie d'un homme qui sera mis au premier plan d'un bout à l'autre de ses aventures. Ilsonge à un grand projet personnel et de façon si affirmée, si sûre d'être la raison même, qu'il ne doute pas un instant qu'il puisse se tromper. Son nom cache un jeu de mots et l'opposition radicale entre son désir et son renoncement : Memnon pourrait être entendu, lu, comme « même/non », autrement dit : même si j'en ai envie/non ! Ainsi Voltaire s'amuse-t-il à propos de son personnage qu'il vadépeindre comme un rêveur que la réalité se chargera d'instruire cruellement.

Ce qui également rend plaisant ce début, c'est les pensées que Memnon formule en se parlant à lui-même comme s'il s'adressait à un interlocuteur pour l'informer de ses intentions et le convaincre qu'il a raison : c'est une argumentation en trois parties, sur laquelle nous reviendrons, écrite au style direct ; au théâtre,le personnage, tout en se parlant à lui-même à voix haute, se ferait entendre du public, procédé qui rapproche le comédien de la salle. Le projet de sagesse conçu par le héros est construit autour de trois souhaits, ce qui n'est pas sans rappeler les vœux qui sont formulés au début d'un conte de fées au XVIIème siècle (chez Perrault par exemple). Le manichéisme propre au mythe et aux contestraditionnels caractérise les propos de Memnon ; ce qui relève du désir et de la tentation est valorisé par l'hyperbole et des expressions sans nuance : « beauté parfaite », « beaux yeux », « gorge ronde », « belle tête », « vins délicieux », la réalité future s'identifiant au vieillissement, à la laideur, au ridicule ou à la maladie, ou bien encore à la cruelle servitude du courtisan. Bref, malgré...
tracking img