Memoire decesf

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 48 (11873 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

INTRODUCTION…………………………………………………………......………....P. 1-2
METHODOLOGIE………………………………………………………………………P.3

I. LES MERES SEULES ET LEUR INSERTION PROFESSIONNELLE……..P. 4 à 16

I-1 La famille monoparentale au féminin………………………………………… P. 4 à 7
I-2 Rencontre avec une population dite « pauvre » ……………………………… P. 8 à 11
I-3 Les difficultés d’insertion professionnelle desmères
chefs de foyers monoparentaux……………………………………………....P.11 à 16

II. DISPOSITIFS MIS EN PLACE PAR L’ACTION SOCIALE POUR
LES MERES ISOLEES…………………………………………………………..P. 17 à 28

II-1 Les aides financières pour lutter contre la pauvreté et la précarité…………….P.17 à 20
II-2 L’aide à la garde des enfants pour concilier vie familiale
et vieprofessionnelle…………………………………………………………. .P. 21 à 25
II-3 Les aides à l’emploi…………………………………………………………….P. 26 à 28

III. L’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL COLLECTIF PUIS
PERSONNALISE, VERS L’INSERTION PROFESSIONNELLE DES
MERES SEULES………………………………………………………………….P. 29 à 38

III-1 De l’accompagnement collectif et personnalisé à l’emploi…………………..P. 30 à 37III-2 Rôle du travail social et aptitude requise……………………………………...P. 38
III-3 Les limites……………………………………………………………………..P. 38
CONCLUSION…………………………………………………………………………….P. 39-40
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

INTRODUCTION
Aujourd’hui, le contexte familial est bouleversé à cause de la recrudescence du divorce, le développement du travail féminin, le désird’indépendance des femmes, l’apparition de méthodes pour concevoir seule un enfant. Par choix et davantage par obligation, de plus en plus de parents se retrouvent seuls à élever leurs enfants et doivent jouer le rôle de deux parents. En France, sur l’ensemble des familles avec un (des) enfant(s)de moins de 25 ans, 17,4% sont des familles monoparentales soit le double par rapport à l’année 1975[1]. EnGuadeloupe, le phénomène est encore plus dominant ; la monoparentalité atteint 30% des familles.
Ces parents seuls sont en grande majorité des femmes (près de 90%) qui sont divorcées (42,8%), célibataires (34,1%) ou veuves.
J’ai été amenée à travailler sur cette population dans la mesure où je sens concernée. Je voulais comprendre leur contexte, leur vie et leur place dans la société.Auparavant, celles-ci étaient stigmatisées comme des familles à problèmes et à l’écart de normes sociales. Cependant, l’évolution des mœurs tend à « accepter » de plus en plus ce type de famille. D’ailleurs, elle est légalement reconnue par les politiques familiales qui créent en 1976 l’Allocation Parent Isolé pour les parents élevant seuls leurs enfants suite à une séparation, un divorce ou à unesituation de célibat. A cette aide s’est ajoutée d’autres prestations spécifiques pour aider les parents seuls. Mais un reportage diffusé dans l’émission « Les Maternelles » sur France 5 en Février 2006 m’a interpellé. Celui-ci révélait qu’une grande partie des familles monoparentales étaient « pauvres » en particulier les femmes.
Les statistiques le confirmeront : en France, les mères isolées sontdavantage concernées par la pauvreté que les mères vivant en couple. Ce constat m’a amenée à me poser plusieurs questions :
D’une part, Pourquoi ces mères seules vivent-elles dans une situation de pauvreté ?
D’autre part : Comment élever un enfant avec un revenu inférieur au minimum de vie ? Comment trouver un travail stable lorsqu’on doit assumer seule les charges familiales ? Le travail permettrat- il une meilleure gestion de la vie quotidienne ? Si oui comment ? Si non, quelle alternative possèdent ces femmes pour améliorer leur vie financière ? Quelles réponses offre la politique d’action sociale aujourd’hui pour aider ces femmes ?

En m’appuyant sur les résultats de ma pré enquête : ma problématique a été la suivante :
J’ai tout d’abord choisi comme sujet de recherche les...
tracking img