Memoire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2488 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Economie, Stratégie et Innovation technologique

Intervenant : Michel Gomez

Introduction

Dépasser 1 analyse dichotomique (Economie Monde de la Technique)
Le mélange intéressant étant la combinaison des acteurs du management et des ingénieurs.

Accélération du rythme des innovations technologiques (cycle de vie, course à la taille critique, Coûts de R&D en hausse (coûts fixes))Valeur résiduelle de l’investissement (barrière à l’entrée) ( Ansoff

ANALYSE STRATEGIQUE

Objectifs finals :
• Pérennité
• Croissance
• Rentabilité

Objectif intermédiaire :
• Avantage concurrentiel
o Domination par les coûts
o Différenciation (surprix)

MOYENS, FONCTIONS

➢ Production
➢ R&D
➢ Logistique
➢ Qualité
➢ Finance➢ Marketing
➢ GRH
➢ Purchasing Management

Logique multidimensionnelle (« forme un tout »)
Interfaces entre les fonctions

La fausse distinction high-tech / low-tech
La densité technologique ne se retrouve pas seulement dans le produit, mais aussi dans sa fabrication. Présence technologique omniprésente

[pic]

Révolution industrielle

Matériaux : Béton armé (ciment,acier)
Energie : Electrique, Moteur a explosion
Temps : Chronomètre
Relation : Pasteur, vaccin

Aujourd’hui

Matériaux : Polymères, Carbone
Relation : Biotech (créer du vivant)
Temps :
Energie : Nucléaire

Innovation technologique et perspective stratégique

Première partie : Economie et innovation technologique

La difficile endogénéisation de l’innovation technologique parl’économie standard

Endogène ≠ Exogène
Intégration

Rupture paradigmatique
Caractéristiques du paradigme dominant :
- démontrer scientifiquement la supériorité des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources
- l’influence permanente du paradigme est l’équilibre
- l’articulation micro/macro

A. L’économie standard et le facteur résiduel

Hypothèses deconstruction de la fonction de production :
- les input sont homogènes (capital, travail)
- les coûts ne sont pas affectés par des phénomènes de taille et d’expérience (ni Eco d’échelle, ni effet d’XP)
- la technologie est transparente (disponible de façon illimitée)

1) Le cadre statique et la mise en avant d’un facteur résiduel

Fonction Cobb Douglas

Q= K exp alpha .Lexp(1-alpha)

Q : Prod
K : Kapital
L : Travail
Alpha : élasticité
1-alpha : elasticité prod p/r travail

Q= f (K, L, r)
r : Progrès technique autonome.->économies d’échelle

1909-1949 -> r explique 87% de la croissance.

2) L’hypothèse d’un progrès technique « incorporé ».

« Modèles a génération de capital »
- Le PTK a besoin d’un support ou vecteur, et est incorporé aux machines,au capital.
-Le K n’est pas homogène, cad des machines st + productives que d’autres.

Le pb des économistes : trouver un indicateur objectif expliquant les différences de productivité. + le K est récent, + il incorpore le PTK récent.

Le W : théorie du K humain (Becker) : l’heterogeneite du K humain repose sur la formation : + on est formé, + on est pdtif.
->économies d’échelles et effetsd’expérience :cela aura pour effet de réduire le rôle du résidus ( r ).

3) Les tentatives d’endogénéisation.

a) Pkoi une E innove ?->répondre aux besoins évolutifs : Inputs.
L’innovation est tirée par des signaux économiques, des couts de structures relatifs. « Push »

b) L’innovation est tirée par des facteurs de dde, elle répond au marché.

En milieu Industriel (B2B), les clientsst une source d’innovation (dde exactement ce qu’ils veulent). MRK de relation # MRK de transaction.

c) Pt de vue scientifique : ex du laser, application multiples d’une innovation.
Il y a aussi les innovations poussées par la recherche fondamentale.

d) Les effets d’expérience ou courbe d’apprentissage.

e) Les externalités : positives ou négatives / effet individuel ayant conséquences...
tracking img