Mesure, renaut, alter ego

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2240 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sylvie Mesure, Alain Renaut : Alter ego, les paradoxes de l’identité démocratique

Note de lecture sur la deuxième partie

« Transformations du libéralisme »

Cet ouvrage est une tentative, de la part de leurs auteurs, de surmonter la discussion sur les insuffisances du libéralisme politique, qui oppose traditionnellement l’individu à la communauté comme valeurs cardinales (celle del’individu étant revendiquée par le libéralisme, celle des communautés culturelles par le communautarisme et celle de la communauté politique par le républicanisme). Il s’agit de conserver l’individu comme sujet du droit, mais de revenir sur le renvoi inconditionnel des identités collectives, notamment culturelles, dans la sphère privée. Les auteurs mettent en évidence que ce renvoi est une abstractionabusive de l’identité réelle des individus, dont la référence à certaines communautés de valeurs fait partie intégrante. Ce réaménagement du droit est le socle du programme d’auto transformation du libéralisme politique proposé par Sylvie Mesure et Alain Renaut. Ce que les auteurs visent par delà le dépassement des antagonismes traditionnellement présents dans la discussion sur les insuffisances dulibéralisme politique, c’est la réaffirmation de celui-ci comme l’horizon normatif incontournable du cadre démocratique. Au plan théorique, cette réaffirmation se fait au prix d’un ajustement de ses principes, pour répondre aux nouvelles exigences sociales et politiques des démocraties actuelles. Au plan concret, il s’agit précisément, pour la France, d’entrer dans un libéralisme politique qu’ellen’a jamais pleinement réalisé, au prix d’un abandon des préjugés qui ont jusqu’ici réduit la théorie du libéralisme au libéralisme économique.

I. Le Constat

Sylvie Mesure et Alain Renaut font le constat que le libéralisme politique classique ne permet plus de répondre aux exigences de la société démocratique. Ils identifient deux logiques qui participeraient de ce qu’ils appellentune « leucémisation de l’espace public » : la dynamique de l’individualisme et le pluralisme des cultures.

Dans L’Ere de l’individu, Alain Renaut identifiait au sein même de l’ontologie de l’individu la logique de l’individualisme : à savoir l’indépendance comme repli sur soi, négation de l’interrelation avec les autres individus. C’est à Leibniz et à sa monadologie qu’il attribuait la paternitéde l’individualisme moderne. Dans Alter Ego, lui et Sylvie Mesure étudient en quelque sorte les implications politiques de cette logique individualiste identifiée au plan ontologique. L’individu érigé en principe et en valeur cardinale aurait dissous l’intersubjectivité dans l’idéal d’indépendance. Si l’individu est à lui même sa seule norme, la société est privée de toute référence à des repèrescommuns. La dynamique de l’individualisme moderne serait donc la concrétisation de ce que Max Weber[1] avait appelé « la guerre des dieux ». C’est l’existence même du lien social qui est ici mise en danger. Les auteurs rappellent que c’est déjà cette logique que Tocqueville[2] identifie comme une possible dérive des sociétés démocratiques.

Cette seconde partie de l’ouvrage vise à répondre auxquestions attenantes au pluralisme des cultures. Le pluralisme des cultures est une donnée factuelle, que l’on observe dans la plupart des grandes sociétés démocratiques, que celles-ci se soient constituées à partir de l’immigration (comme les Etats-Unis), ou qu’elles se soient ouvertes à des populations issues d’autres espaces culturels (comme les pays de ce que l’on appelle la vieille Europe).Samuel P. Huntington identifie cette seconde tendance comme celle d’une « guerre des cultures »[3]. Pour les auteurs, une telle qualification des problèmes soulevés par le pluralisme des cultures est abusive. Nous pouvons souligner qu’elle présente l’avantage de mettre en évidence ce qui se joue par delà la provocation de la formule. Comment, au sein d’une entité politique, peut-on aujourd’hui...
tracking img