Methode abc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4790 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La comptabilité par activités.
[pic]la methode ABC/ABM (activity based costing /activity based management).
La CAE traditionnelle est issue de la conception taylorienne du fonctionnement de l'entreprise. Dans l'organisation taylorienne de la production, avec un regroupement du travail par technologie, l'entreprise était, logiquement, structurée par fonction, et la clef du succèspassait par la maîtrise de l'heure de main-d'œuvre productive et de l'heure-machine.
Or, nous sommes à l'heure de la robotique, des outils de production flexibles, du juste à temps, de la satisfaction du client, et de l'organisation de la production.
[pic] Les mutations profondes du contexte économique ont amenés les méthodes traditionnelles de la CAE à leurs limites.
Cesméthodes traditionnelles ont été créées pour une optique de production où les entreprises avaient une conception taylorienne de l'organisation.
Techniquement, c'est la notion même de section homogène qui est remise en cause!!!
Y a-t-il encore des sections homogènes dont on puisse mesurer l'activité avec une seule et même unité, alors que les "sections" regroupent souvent plusieursactivités du fait de leur polyvalence?
 
A l'organisation fondée sur la notion de spécialisation, correspondaient des sections homogènes caractérisées par une activité unique (atelier d'usinage, de peinture, de finition…)
Pour l'entreprise actuelle c'est la polyvalence et la flexibilité qui priment (diversité, micro-marchés, micro-series, importance du facteur temps… Equipespolyvalentes, sections à plusieurs activités…)
L'évolution de la complexité de la demande des clients et des moyens à mettre en œuvre pour la satisfaire, dans un environnement de plus en plus concurrentiel, fait appel à des "activité de support" telles que l'audit, la personnalisation des offres, la recherche des fournisseurs et des clients, la fidélisation des clients, la satisfaction dupersonnel…
La part des charges indirectes dans le total des charges de l'entreprise tend à augmenter car les procédés de production sont de plus en plus automatisés.
Les activités sont rarement homogènes. Dans une section d'approvisionnement, par exemple, on regroupe des charges liées à des activités très diverses telles que: la recherche des fournisseurs, la gestion des achats et descommandes, la réception des matières… la répartition de ces charges sur la base du montant des achats rend très mal compte de cette diversité; le travail lié à la recherche des fournisseurs dépend moins des quantités achetées que des références traitées, la réception des matières génère des charges qui dépendent plus du nombre et du volume des commandes livrées que de leur valeur.
Deplus, aujourd'hui, les entreprises ne vendent pas uniquement des produits, mais tous les services qu'il y a autour. C'est la satisfaction du client qui est recherchée.
Dans ces conditions, s'il n'est pas évident de renoncer au calcul des coûts de revient complets des produits, il n'en est pas moins évident qu'il faut renoncer à imputer les charges indirectes sur la base des heures demain-d'œuvre directe ou des heures-machines.
 
Insuffisance de la méthode des sections homogènes:
⎫       Elle est adaptée à l'organisation taylorienne;
⎫       Les activités des sections ne sont plus homogènes;
⎫       Difficulté de choisir les unités d'œuvre;
⎫       Les unités d'œuvre utilisées sont essentiellement volumiques (quantités produites, heures MOD, chiffre d'affaires…)et ne reflètent pas la diversification des productions (recherche et développement, temps de conception, coût du marketing…).

ORGANISATION DE L'ENTREPRISE DU XXI SIECLE:
L'entreprise du début du XXI siècle est définie par R. LEBAN in "le management entre modèles et pratiques" édition d'organisation PARIS 2002, en s'appuyant sur les travaux de PORTER, KOTLER, OHMAE voire DRUCKER et...
tracking img