Methode dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3498 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La dissertation philosophique: retour sur la méthode

Cet exercice standardisé (une intro + 3 parties + une conclusion) consiste à:
• comprendre un problème philosophique: ne pas livrer des informations brutes ou des opinions sans élaboration conceptuelle;
• développer un raisonnement: savoir faire une démonstration, savoir se poser des objections et y répondre, savoirdélimiter la perspective adoptée.
Au lieu que les questions soient explicites — ce qu'elles doivent être impérativement dans le cas d'un problème scientifique — les problèmes philosophiques sont implicites, c'est à l'élève de les découvrir en commençant par établir les concepts qui se cachent sous l’intitulé.

Exemple de sujet à formulation non directement philosophique:
—Faut-il vivre avec son temps?
Le bavardage consiste toujours à faire un catalogue de thèmes arbitraires dont la seule logique est l'humeur du moment ou les affinités personnelles; il est en droit illimité mais n'a aucune valeur générale. (Ex: Pour vivre avec son temps, il faut savoir suivre la mode, écouter telle musique, suivre l'actualité, voyager, pratiquer le sport, s'ouvrir auxautres etc... Toutes ces opinions sont certes utiles — on en a tous — mais ne démontrent rien car elles ne partent pas d'un problème philosophique : elles n'ont donc aucun intérêt philosophique). Comment trouver le problème?

Il faut partir d'un concept: ce que signifie être contemporain (= sens général de “être de son temps”). Le problème philosophique: on va se demander si le sentiment decontemporanéité a existé de tout temps ou s'il est le propre d'une époque particulière. C'est l'âge moderne que caractérise une volonté de perpétuelle innovation prouvant qu'on est bien de son temps. Il faudra donc montrer ce qui oppose l'époque moderne aux époques antérieures (distinguer des concepts) et objecter à cette distinction la question de savoir si elle est fondée en réalité ou si elle n'estqu'une prétention abusive (si, en prétendant innover, on ne cherche pas à imiter un modèle passé).
Les exemples se distinguent de simples opinions parce qu'ils servent à illustrer des arguments, et non parce que le sujet leur sert de prétexte.
Ex: on ne parlera pas de la mode en général, mais on se demandera, par rapport à l'objection précédente, ce que signifie la mode rétro(innovation ou nostalgie du passé?); on se demandera ce qu'a pu être la mode dans le passé (innovait-on délibérément ou sans le savoir?); on se demandera si les modes d'aujourd'hui ne visent pas à paraître intemporelles (le design n'est-il pas un nouveau classicisme?). Mais on ne défendra aucune mode particulière (l'opinion est ici une affaire de goût); on ne confondra pas interroger le phénomène de lamode avec proposer un jugement de valeur sur la mode.
Ces exemples répondent à une nécessité logique (l'argument) mais ne sont pas obligatoires: on pourrait s'appuyer sur la volonté de progrès, ou sur l'invention dans l'art etc...

Conclure, c'est chercher à dégager les conditions qui rendent possible la réponse à la question posée, ou lui donner ses limites.
Jusqu'à la fin, letravail doit avoir l'allure d'une quête, non d'une répétition.

Ex: Plusieurs conclusions envisageables ici:
• conditions: pour vouloir vivre avec son temps, il faut avoir le sentiment d'appartenir à un époque de rupture avec le passé (dire de quelle rupture il s'agit) et que l'innovation est une valeur privilégiée (dire contre quelles autres valeurs: la tradition, le préjugé, lasuperstition, l'immobilisme...).
• limites: vouloir vivre avec son temps, ce n'est pas nécessairement être de son temps (on met en perspective cette singulière volonté) et cet impératif peut être angoissant (notre temps peut nous confronter à des problèmes insolubles)

Plusieurs traitements des sujets sont possibles: il ne faut pas attendre des recettes qui seraient applicables de...
tracking img