Methode pour la dissertation : master/capes lettres moderne/classiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3386 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 Initiation à la dissertation

Arrêt sur image :
L’exercice de la dissertation

Un des premiers obstacles à la maîtrise d’un exercice :
 Un complexe d’infériorité : on est écrasé par la difficulté qui paraît surhumaine ou hors de portée.
 On se réfugie dans le stéréotype scolaire par manque de confiance en soi ou difficulté à mobiliser ses ressources personnelles. Même objectivementassez pauvres, des ressources mobilisées intelligemment peuvent suffire.
 On se méprend sur la portée et l’intérêt de l’exercice : on applique à tort et à travers, ou consciencieusement mais de manière bornée des recettes toutes faites. Les facultés intellectuelles sont alors paralysées, parce qu’on s’est buté un peu paresseusement contre l’académisme de l’exercice.

Tous les exerciceslittéraires prennent leur sens si vous les percevez comme une occasion de montrer à quel point vous avez assimilé en quoi consiste le travail des écrivains et des poètes, non pas seulement à travers les exemples que vous invoquez dans le contenu de votre propos, ni non plus à travers l’intelligence ou l’originalité des thèses que vous soutenez, mais encore, aussi fondamentalement, à travers votre manièred’écrire et de construire une réflexion.
Les règles de la dissertation vous paraissent contraignantes au point d’empêcher l’expression de votre personnalité, de votre subjectivité ? Les meilleurs écrivains ont utilisé la contrainte au contraire (tragédie classique, sonnet baudelairien, oulipo…) pour démultiplier leur talent et frayer des voies nouvelles à leur inventivité. Dans un autre domaine, lamajorité des disciplines sportives se fonde sur des règles du jeu ou des figures imposées. Dans le cas de la danse, tout le monde admet que le « naturel » soit obtenu par une ascèse impitoyable.
Vous n’arriverez pas à placer votre voix, entre celle des critiques derrière lesquels vous vous réfugiez par manque d’assurance, celle des écrivains dont l’éclat vous intimide ou vous méduse, celle de vosprofesseurs que vous essayez de « récupérer », de recycler à votre profit, si vous ne dénouez en profondeur vos voix intérieures. Vous ne pourrez y parvenir tant que l’exercice vous paraît faux, et que vous croyez devoir vous conformer à l’idée, souvent erronée, que vous vous faites du rôle artificiel que vous imposerait une puissance supérieure, arbitraire et sans visage.
Les études de Lettresne se comprennent pas sans la notion de dialogue. La dissertation n’est pas un exercice d’érudition ou de culture générale, où l’on pourrait entre autres donner le change sur son ignorance en recourant à un savoir de seconde main à partir d’auteurs qu’on n’a pas lus, de critiques qu’on n’a pas intériorisés. Ce n’est pas non plus, contrairement à l’idée reçue, un exercice de virtuositéintellectuelle, permettant de jauger le brio des candidats. C’est d’abord et avant tout un dialogue :
 un dialogue avec vous-même, alimenté par un dialogue avec les auteurs, par une méditation studieuse de leurs œuvres. Si vous n’avez fait l’expérience d’un changement intérieur au contact des livres, si votre culture est restée « scolaire », extérieure, vous ne pourrez faire de progrès sensible sans vousinterroger sérieusement sur les raisons qui vous vous cantonnent à ce rôle falot.
 un dialogue avec d’autres cultures dans l’espace et dans le temps, qui dépayse l’esprit par l’appréhension de toutes les formes de singularité.
 un dialogue avec les auteurs par critiques interposés. Souvent l’approche des critiques est lacunaire, unilatérale. On croit devoir lire et assimiler la pensée descritiques pour mieux comprendre les auteurs. Ce n’est qu’un pan du travail. L’étude des critiques ne sera profitable que si elle stimule, relance, amplifie une réflexion personnelle déjà existante, que si elle apporte réponse ou contradiction à un questionnement préalable et toujours en éveil. Le manque de confiance en soi prend souvent les allures de la paresse intellectuelle et d’une inévitable...
tracking img