Methode

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1502 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
METHODE DE COMPOSITION | |
|BO du 12 février 2004 : « La composition doit permettre au candidat de faire la preuve de ses connaissances tout en les situant dans un|
|questionnement. En histoire comme en géographie, des éléments peuvent être éventuellement fournis pour aider le candidat (chronologie |
|indicative, données statistiques, indications spatiales…). En histoire comme engéographie, les sujets portent sur un ou plusieurs |
|thèmes ou ensembles géographiques du programme. En histoire comme en géographie, les productions graphiques (schémas) que le candidat |
|peut réaliser à l’appui de son raisonnement, en fonction du sujet et de ses choix, seront valorisées. |

Cette épreuve concerne les 2 premiers sujets proposés en histoire eten géographie pour l’épreuve longue.

I : DEFINITION DE L’EPREUVE ET ANALYSE DU SUJET.

Une composition est une démonstration écrite, tout le devoir consiste donc à répondre à la problématique grâce à un plan structuré.

Le candidat doit commencer son travail par l’analyse du sujet. Cette analyse débute par la définition des limites chronologiques et spatiales du sujet. Elle sepoursuit par la définition des termes du sujet (Attention : y compris, les mots de liaison et la ponctuation), définition que l’on peut retrouver dans l’introduction au propre. L’analyse se poursuit par la mise en exergue de l’intérêt du sujet puis par la problématique. Le candidat doit donc s’interroger sur «Pourquoi y - a t-il matière à réfléchir sur ce sujet ? » ou « Quel(s) problème(s)sous-jacent pose le sujet ? ». Parfois la problématique est d’emblée donnée par l’intitulé du sujet, sous la forme d’une phrase interrogative. Cependant le candidat doit comprendre la question, et donc analyser le sujet de préférence en reformulant l’intitulé, soit en le précisant. Si le sujet se présente sous forme d’affirmation il suffit de le transformer en une question claire mais touteproblématique ne se présente pas nécessairement sous la forme d’une question, même si c’est souvent plus claire. La problématique conduit ensuite au plan détaillé. L’ensemble de ce travail, pour une épreuve d’environ 2h15, doit prendre approximativement 1h : avant ce laps de temps rien ne doit être écrit au propre.
Les documents (une chronologie par exemple) qui accompagnent le sujet nesont là qu’à titre indicatif : ils ne sont pas exhaustifs ; à contrario, ils peuvent apporter des informations que le candidat n’est pas obligé d’utiliser. Ils ne sont là que pour aider le candidat dans sa réflexion.

B : La construction du plan et de l’argumentation
En général après avoir trouvé la problématique le candidat couche sur son brouillon les connaissances qui lui viennentpêle-mêle. C’est en les réorganisant qu’il construit son plan. Plus le plan est précis, plus l’argumentation a des chances d’être rigoureuse et pertinente. Cela signifie 2 choses. D’abord le candidat doit veiller à ce que les titres de ces différentes parties et sous - parties soient aussi significatives que possible. Chaque élément du plan doit permettre de savoir ce que le candidat al’intention de démontrer dans la partie qui suit. Deuxièmement, connaître les grandes parties n’est pas suffisant, le candidat doit détailler les idées des sous - parties et à l’intérieur de chacune d’elle, être capable de préciser les éléments essentiels ce qui aboutit au brouillon à un plan du type : (I A 1°). Le plan ternaire n’est pas obligatoire mais un plan ne peut comprendre moins de 2parties et en aucun cas il ne doit excéder 4 parties.
Toutes les parties du plan ne sont pas forcément équilibrées mais il ne peut y avoir de partie inférieure de plus de la moitié à une autre. Parfois l’intitulé donne le plan du développement ; dans ce cas, le plus simple est de reprendre le plan proposé en trouvant la problématique adaptée.

II : LA REDACTION

Durant la...
tracking img