Michon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4049 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Correction du corpus.
Qu’est-ce qu’être poète ? À quoi peut servir la poésie ? Telles sont les questions auxquelles tentent de répondre les cinq poètes du corpus : l’auteur romantique qu’est Victor Hugo, le poète communiste que fut Aragon, les trois poètes singuliers que furent au XX° siècle Paul Claudel, Jean Cocteau et Francis Ponge.
Pour Victor Hugo dans le poème Fonction du poète, extraitdu recueil de 1840 Les rayons et les Ombres, être poète, c’est être solidaire des hommes, et non se retirer loin d’eux pour cultiver son art. Victor Hugo dénigre en effet le poète qui, tel un « chanteur inutile » (v.9) se couperait de ses « frères » (v.3), « prend(rait) ses sandales « pour éviter de dénoncer « les scandales » de son époque. Le poète vient donc raffermir la flamme des êtres humainsen leur montrant, tel un prophète » la voie d’un nouvel avenir. La métaphore de la torche et de la flamme témoigne de cet espoir qu’il doit maintenir, de cette voix qu’il fait retentir et qui inscrit un avenir, réouvre des « utopies ». Porteur d’espoir, il est prêt à affronter les sarcasmes de ses contemporains pour maintenir l’espoir. Dans sa Quatrième Ode parue en 1910, Paul Claudel veutégalement que le poète soit utile à la société : il le compare à « un constructeur de chemins de fer, à un fondateur de syndicats » (l.11-12). Refusant de faire du poète quelqu’un d’éthéré, d’inspiré par une Muse antique, il veut accomplir une tâche qui soit plus utile à ses contemporains, en « chant(ant) les œuvres des hommes ». Louis Aragon reprend cette idée lorsqu’il inscrit au cœur de ses Strophespour se souvenir les paroles porteuses d’avenir de ce jeune résistant, Manouchian, condamné à mort. En rappelant en 1956 ces paroles, et sa croyance dans l’avenir, dans le retour de la liberté, il fait du poème un combat réaffirmant des valeurs essentielles de l’homme. Chanter ce jeune résistant, c’est rappeler le sens d’un combat et célébrer la foi de ceux qui ont cru dans la liberté au point delui sacrifier leur vie. Souvenir, le poème est mémoire des morts et du combat qu’ils menèrent, comme le montre le titre du poème et la célébration d’un sacrifice , come le montre la répétition en anaphore des vingt et rois qui étrangers et pourtant nos frères/ Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir ».
À cette fonction de guide du poète ou de célébration de ceux qui doivent être des guidespour nous, Francis Ponge et Jean Cocteau ajoutent une nouvelle fonction : le poète est celui qui va célébrer le monde en nous apprenant à le voir, en nous délivrant des pièges de la routine qui nous rendent invisible le monde et les êtres, ou les objets qui le peuplent. Dans Le Rappel à l’ordre, texte de 1926, Jean Cocteau assigne à la poésie de « dévoiler dans toute la force du terme, » (l.14) ceque l’habitude nous a conduit à ne plus voir. L’image de la nudité est de ce point de vue instructive : la poésie montre nues…les choses surprenantes qui nous environnent » (l.15-16), le poète doit choisir des objets qu’il a sous les yeux. Francis Ponge partage cette conception en célébrant une fleur aussi humble que l’œillet, fleur éponyme du recueil La rage de l’expression qu’il fit paraître en1952 Pour lui, célébrer l’œillet, c’est arriver à en faire ressortir les particularités, c’est donner à cet objet son existence particulière, et le faire vivre devant nous.
Pour parvenir à remplir leur rôle, les poètes doivent assigner à la poésie une fonction précise. Ces poèmes sont en fait des arts poétiques qui assignent au poète un objet précis. Victor Hugo renoue avec l’idée d’une poésiequasi divinatoire : le champ lexical du divin fait de la poésie une prophétie qui éclaire le sens de la vie humaine, lui assigne des buts. Paul Claudel en revanche oppose à la fureur poétique de la Muse inspiratrice une volonté de revenir à des choses plus communes. Le champ lexical de la tragédie grecque et de sa démesure en témoigne : la poésie ne doit plus être « immol(ation du) bouc »,...
tracking img