Mickael baxandall : l'oeil du quatrocentto

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2817 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Esthétique :
Fiche de lecture

Michael Baxandall : L’œil du Quattrocento.

Michael David Kighey Baxandall est né à Cardiff en 1933 et mort en 2008.
Il est le fils unique de David Baxandall qui était à la fois conservateur et directeur de la National Gallery de Scotland.
Michael Baxandall devint historien d’art et professeur d’histoire de l’art à l’Université de Californie : Berkerley.Il a également enseigné
à l’Institut Warburg, Université de Londres, et a travaillé comme conservateur au « Victoria and Albert Museum ».
Il a publié de nombreux ouvrages qui ont fait de lui l’une des plus grandes figures de l’histoire de l’art. En 1971, il publie « Giotto and the orators » et, l’année suivante, « Painting and Expérience in Fifteenth Century Italy », que les lecteurs Françaisconnaissent sous le titre de « L’œil du Quattrocento », depuis sa traduction (en 1985), son ouvrage le plus retentissant.

Cet historien s’est attaché à reconsidérer l’art pictural à l’aune des disciplines artistiques, intellectuelles et sociales qui lui étaient contemporaines. Ce regard plus global devenait ainsi un élément essentiel de la compréhension des œuvres.

L’œil du quattrocento :Dans cette œuvre, il est question des contrats qui lient les peintres du XVe siècle italien, ou le client précise le sujet, le délai, la surface peinte et les couleurs exigées. Baxandall décrit, à travers l’évolution de ces contrats, le combat de ces peintres pour faire reconnaître leur manifattura, cette manière par laquelle ils vont poser l’autonomie de leur métier.

Issu de coursprofessés à la faculté d’histoire de Londres, L’Oeil du Quattrocento s’offre à démontrer deux propositions réciproques :
D’une part, que la peinture du XVe siècle est le produit d’une relation sociale entre le peintre et son commanditaire, pas nécessairement bienveillant, dont le peintre doit satisfaire les goûts et les compétences culturelles, et qu’il s’agit donc pour l’historien d’art de chercherà reconstituer cet « équipement Intellectuel » des clients types s’il veut comprendre les raisons d’être et les valeurs de cette peinture.
D’autre part, que les tableaux complètent de façon très utile les sources lacunaires dont disposent les historiens de la vie quotidienne et des mentalités dans la mesure où ils reflètent des expériences et des aspirations absentes des documents constitués delistes de mots et de chiffres.
Michael Baxandall fait porter son enquête de façon privilégiée sur la peinture florentine de 1425 à 1460, avec des prolongements jusqu'à la fin du Quattrocento.

Qu’est ce que le Quattrocento ?

L’appellation Quattrocento désigne le XVeme siècle italien. Le Quattrocento voit l’émergence en Toscane de ce qu’il est convenu d’appeler la « premièreRenaissance ».
Les recherches dans les domaines de la perspective et des proportions, la conception nouvelles du portrait comme représentation de l’individu et les débuts du paysage sont les grandes innovations de cette période. On passe d’une conception théocentrique du monde, qui prend donc le divin pour référence, à une image anthropocentrique du monde, ou l’homme et la nature sont au cœur desnouvelles préoccupations des artistes.

Alors qu’au XIVe siècle, le traitement de l’espace et du corps s’appuie avant tout sur des valeurs empiriques, à partir de 1420, on explore les lois qui les régissent (perspective, proportions) et de nombreux traités donnent des outils théoriques à la pratique.
Après le milieu du siècle, on assiste à des transformations stylistiques dans tous les genresartistiques. Le grand « jaillissement » qui caractérise les premières décennies du siècle (représentation convaincante du corps, de l’espace et du paysage dans leur manifestation globale) est suivi de la minutieuse élaboration du détail dans le domaine du rendu exact des corps, de l’environnement architectural et du paysage. Le moyen approprié est la ligne et non le modelé des grandes formes....
tracking img