Mignonne, allons voir si la rose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
(IP)

(IS)

(MEC1)

(C1)

(IS)

(MEC1)

(C1)

(MEC2)

(C2)

(CLÔ.)

Premièrement, Du Bellay manifeste son désir de revenir chez lui. Eneffet, il exprime une grande joie face à son retour dans son pays natal. Il perçoit le voyage positivement en se comparant à deux voyageurs légendaires ethéros de la mythologie grec qui eux aussi sont revenu chez soi après un long voyage rempli d’obstacles et qui ont connu ce même sentiment de bonheur : « Heureux,qui comme, Ulysse ». Il souligne aussi son sentiment d’ennui et son désir de rentrer chez soi. Il veut montrer à quel point son pays lui manque. Il nous lemontre grâce à la répétition « quand reverrais-je » qui évoque une forte insistance et le temps passé à se souvenir de sa patrie. Ces mots expriment sa nostalgiepour son pays natal. De plus, cela signifie qu’il est impatient de rentrer chez lui et de voir sa famille. Il utilise souvent des pronoms ainsi que desdéterminants possessif pour souligner son appartenance envers son village tel que « de mon petit village » ainsi que « le clos » qui définit l’intimité de son chezsoi. Il a aussi eu recours à la substitution de mot pour exprimer son attachement. Du Bellay a remplacé le terme  de mes maisons  par « de mon village » pours’identifier et donc ce n’est pas le village qui fume les cheminées mais bien les maisons. Bref, on voit à quel point le poète est attaché à son paysd’origine. Il l’exprime de diverses façons de sorte qu’on ressente ce qu’il a ressentit lors de son passage à Rome et de son désir de revenir chez lui.

256 mots.
tracking img