Miserere mei - gregorio allegri

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4098 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dossier d’esthétique
- étude d’une œuvre artistique -

« Miserere mei, Deus »

Gregorio Allegri (1638)

Table des matières

I) Le Miserere : histoire d’une œuvre religieuse
a. Une période trouble pour la religion
b. Une période charnière pour la musique religieuse
c. Gregorio Allegri, conservateur des valeurs traditionnelles
II) LeMiserere : analyse d’un morceau baroque
d. L’influence du « Stylus antiquus »
e. Une écriture simple … en apparence
f. L’influence du style baroque
III) Le Miserere : une réflexion sur l’art
g. L’imagination de l’artiste travaille-t-elle en toute liberté ?
h. Peut-on dire qu’une époque favorise l’apparition de telle œuvre ou de telle recherche artistique ?
i.Qu’est ce qui fait de cette œuvre une œuvre d’art ?

Annexes :
1. Bibliographie
2. Des versions différentes selon les époques : illustration sur le verset I
3. Miserere Mei, Deus de Gregorio Allegri, interprété par la maîtrise de Dijon

Le Miserere : histoire d’une œuvre religieuse

a. Une période trouble pour la religion

Au cours du XVIème siècle, l’Eglise catholiqueromaine fut fortement remise en cause dans ses croyances et ses principes par différents théologiens, tels Martin Luther et Jean Calvin. De nombreuses contestations apparurent alors, critiquant les dogmes en place, le comportement inacceptable du clergé ou encore son faste et son pouvoir politique, lui qui aurait dû être au contraire proche des plus humbles et loin des tentations du pouvoir.Toutes ces remises en cause aboutirent à une scission de l’Eglise catholique romaine et à la création des Eglises protestantes, conséquences des trois grandes Réformes protestantes survenues dans cette période de révolution religieuse : la Réforme luthérienne, prônant l’affirmation du libre examen et de la liberté de conscience face à la tradition, née et développée en Allemagne, la Réforme calviniste,plus tardive et venant de Suisse, qui amène la notion de prédestination des hommes, et enfin la Réforme anglicane, déclenchée par le roi d’Angleterre Henry VIII qui, excommunié par le Pape, place l’Eglise anglicane sous le commandement du roi.
Face à toutes ces contestations et pour remédier à son problème de réforme, le catholicisme essaie au XVIIème siècle de trouver des solutions pourstopper la propagation du protestantisme et ramener les fidèles à lui. Cette réaction, appelée Réforme catholique par les historiens, est plus connue sous le nom de Contre-réforme. Un des principaux moyens mis en œuvre pour réformer l’Eglise catholique est le Concile de Trente (environ 1545-1563), convoqué par le pape Paul III sous la demande de l’empereur du Saint Empire Germanique Charles Quint. Ilréaffirme plus exactement qu’au départ les doctrines voulues par Rome et permet d’arrêter momentanément l’expansion du protestantisme, voire de « reconquérir » des endroits déjà perdus. Il consacre également la rupture de la chrétienté occidentale en deux. Mais au-delà de ces conséquences religieuses, le Concile de Trente a également des répercussions sur le monde artistique, et plus particulièrementsur la musique religieuse.

b. Une période charnière pour la musique religieuse

Depuis le milieu du XVème siècle et le pontificat de Pie II, le contexte de composition des morceaux religieux était plutôt favorable aux maîtres de chapelles et à leur originalité. En effet, le détachement entre le gouvernement des pontifes et les cardinaux de rigueur auparavant rendait les premiers pluspersonnels et les seconds soumis, sans autorité. Au contraire, avec la transformation de l’Etat pontifical en principauté, les cardinaux regagnent en magnificence et en ostentation, et deviennent de vrais mécènes. Ils soutiennent ainsi les maîtres de chapelles, leur garantissent des revenus, mais au fur et à mesure que la Réforme apparaît, le genre ecclésiastique pèse de plus en plus sur...
tracking img