Mme bovary : commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet exercice doit vous permettre de comprendre les enjeux du commentaire :  le passage de l’observation au commentaire et aussi la rédaction de ces remarques littéraires.

Introduction
-Introduire l’oeuvre, l’auteur, l’impact de sa réception (procès)
-Situer le passage
-Préciser son enjeu, son intérêt*
-Introduire le plan : I le rêve caricatural d’un esprit romanesque
                              IIUn rêve porteur des aspirations romantiques
                               III L’échec de la rêverie

*Petite aide pour son enjeu, pour son intérêt : tous les personnages de Flaubert, c’est en lui qu’il les taille; ils ne sont d’abord qu’une certaine métamorphose de lui-même. ainsi Flaubert est-il amené à ressentir et revivre en profondeur les sentiments mêmes qu’il voudraitcondamner. Là est sans doute l’intérêt majeur de cette page, permettre d’observer la complexité du lien qui unit Flaubert à Emma.

I Le rêve caricatural d’un esprit romanesque
Flaubert laisse Emma, son double, comme l’on sait (“La Bovary, c’est moi”) s’abandonner à un imaginaire débridé.  Lui est lucide, à la différence de son héroïne : il en souligne avec une cruauté fine les excès et les faiblesses.Il accumule et raille ici tous les lieux communs de la littérature romanesque et romantique. (Vous venez d’introduire votre première partie, votre examinateur/trice sait donc dans quelle direction vous l’emmenez, il peut donc vous suivre. Maintenant vous allez développer votre première sous-partie).
Dans ce rêve caricatural d’un esprit romanesque, Emma fait preuve d’une imagination bien vague(Vous venez d’introduire votre première sous-partie et donc de proposer un argument d’analyse littéraire; vous allez prouver que cet argument tisse le texte). Cet aspect imprécis, indéterminé (donnez de la force à ce que vous argumentez en employant la technique de la redondance) de ce “pays nouveau” (ligne 2) se conforte aussi bien par l’emploi d’adjectifs indéfinis notamment dans “quelque cité(l...), ou encore dans l’utilisation d’articles indéfinis, accumulés non sans ironie. A “des dômes” (l...) succèdent “des ponts” (l...), “une maison” (...), “un palmier” (l...). Et au pronom neutre “cela” (l...) de résumer l’ironique apogée. Ainsi, la rêverie de son héroïne est privée de précision : l’essence des fleurs, l’espèce des arbres sont-elles exotiques comme dans le poème de Baudelaire“Parfum exotique”? Nous n’en saurons rien.
L’ensemble de cet extrait apparaît comme un bric-à-brac d’éléments conventionnels (Vous venez de proposer l’argument, vous allez le démontrer). Emma semble avoir beaucoup lu, mais surtout mal digéré ses lectures. N’a-t-elle pas pris chez Bernardin de Saint-Pierre dans son Paul et Virginie les contrées lointaines et retenu que le charme clinquant ou stéréotypé?Ne s’est-elle pas au couvent nourri de Chateaubriand, de René, de Lamartine pour n’en retenir que le plus facile, le plus conventionnel? Flaubert qui n’est pas en connaître le charme dénonce toutefois ici les lieux communs : il accumule les objets de façon saugrenue dans une même phrase; il leur fait porter méthodiquement en fin de groupes de mots tous les accents d’intensité - une lecture à voixhaute fait entendre avec force cette volonté de Flaubert. L’expression “et des cabanes” (l...) qui tombe comme un ajout à la phrase suivante vient parfaire ironiquement un autre cliché attendu. Le procédé atteint son comble dans le strict parallélisme des propositions : “Ils se promèneraient en gondole,  ils se balanceraient en hamac”. Non seulement les sonorités se font écho, mais encore lenombre de pieds (9) et la structure syntaxique, par leur effet d’automatisme, est nettement destructeur. La faiblesse d’imagination de son héroïne se note en outre dans son vocabulaire : l’hyperbole des adjectifs qualificatifs (“splendide”, l... ou “magnifique”, l...) ne parvient pas à effacer leur banalité. Quelle rêverie! (A la fin de cette sous-partie, reformulez l’argument développé; sans...
tracking img