Mme bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (306 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une saveur âcre qu'elle sentait dans sa bouche la réveilla.
Elle entrevit Charles et referma les yeux.
Elle s'épiait curieusement, pour discerner si elle ne soufraitpas. Mais
non rien encore. Elle entendait le battement de la pendule, le bruit du
feu, et Charles, debout pis de sa couche, qui respirait.
- Ah ! c'est bien peu de chose,la mort! pensait-elle ; je vais m'endormir,
et tout sera fini?
Elle but une gorgée d'eau et se tourna vers la muraille.
Cet affreux goût d'encre continuait.
- J'aisoif... oh ! j'ai bien soif soupira-t-elle.
- Qu'as-tu donc? dit Charles, qui lui tendit un verre.
- Ce n'est rien!... Ouvre la fenêtre..., j'étouffe! Et elle fut prised'une
nausée si soudaine, qu'elle eut à peine le temps de saisir son mouchoir
sous l'oreiller.
- Enlève-le! dit-elle vivement; jette-le! Il la questionna ; elle nerépondit pas. Elle se tenait immobile, de peur que la moindre émotion ne
la fit vomir. Cependant, elle sentait un froid de glace qui lui montait des
pieds jusqu'au coeur.
-Ah! voilà que ça commence ! murmura-t-elle.
- Que dis-tu ?
Elle roulait sa tête avec un geste doux pleine d'angoisse, et tout en
ouvrait continuellement les mâchoires,comme si elle eût porté sur sa
langue quelque chose de très lourd. A huit heures, les vomissements
reparurent.
Charles observa qu'il y avait au fond de la cuvette unesorte de gravier
blanc, attaché aux parois de la porcelaine.
- C'est extraordinaire! c'est singulier! répéta-t-il.
Mais elle dit d'une voix forte :
- Non, tu te trompes! Alors, délicatement et presque en la caressant, il
lui passa la main sur l'estomac. Elle jeta un cri aigu. Il se recula tout
effrayé.

Flaubert, Madame de Bovary
tracking img