Mme bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1610 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DEUXIEME SEQUENCE : l'avènement du personnage moderne dans Madame Bovary de Flaubert.

La mort d'Emma p.444

Structure du texte en 3 temps :
A) l.1 à 26= extrême onction (dernier sacrement)
→ centré sur le personnage du prêtre
→ rappel les amours passées d'Emma (chp lexical)
B) l.26 à 44= dernier réveil d'Emma
→ centré sur le connecteur logique
→ chp lexical de la sérénité, temps dela rémission avant la mort, l'apaisement.
C) l.44 à la fin= temps de la mort
→ centré sur la mort qui surgis, connecteur temporel
→ temps de l’épouvante, l'effroi. L'agonie est rythmée dans le passage.

Dramatisation de la mort : personnages secondaires qui assistent à la scène, jouent le rôle du public, ils contemplent Emma. Leurs réactions sont comme celles de spectateurs dans unspectacle.
Ex : l.54 → renforcé par la mention des noms « le curé », « félicité », « M,Canivet »...
Ils sont dans des positions qui sont proches de la caricature, chacun fait ce que l'on attend de lui=stéréotype.

Le narrateur se moque de Homais (l.51-54). Quant à Charles, il reste assez passif + caricature de la religion. (ironie du narrateur)

VOCABULAIRE : PROSELYTISME : Faire adopter sonopinion (religieuse) à une autre personne.

Registre tragique et pathétique, exemple les larmes de Charles, « déjà morte »...+ champ lexical de la mort.

-Sorte de tableau fantastique (l.71-72)
-tragique, figure infernale (qui vient des enfers) + l.78-81, « rire atroce »=oxymore

La chanson de l'aveugle : allusion au rêve d'Emma, retrace sa vie
« jupon court ... » → fille facile qu 'elle a puêtre.
Remarque : Dans l'Antiquité grec, l'aveugle est une personne qui a une connaissance supérieure (Oedipe-Rei).
Il apparaît brutalement « tout à coup » (fantastique).

La mort d'Emma est réduite à 2 lignes (l.84-85). Son dernier acte en mode vivant et la convulsion.
« elle n'existait plus » étonnant par l'emploi de l'imparfait (le passé simple était attendu+ marque grammatical de lanégation. 3 phrases=rythme ternaire=decrescendo.

Remarques : Le réalisme de Flaubert

→ réalisme de la mort (chp lexical, effet réaliste)
symptômes physiques... → Perte progressive du contrôle du corps d'Emma → description
réaliste du corps,

→ Blason funèbre : décrire en poésie des différentes parties du corps ; portrait fragmenté
Le seul moment où elle est considérée dans se globalité, Clorsqu'elle est considérée comme un cadavre.
→ description réaliste de la religion : l'extrême onction est décrite précisément. Tous les connecteurs montrent le réalisme + italiques citationnelles pour rendre réaliste des mots en latin.
(Flaubert a dû se documenter. Il n'oublie aucun détails, mm les choses prosaïques).

« le plus grand baiser d'amour... » → superlatif
La séance est vouée àl'echec, par ex quand le cierge tombe=rituel qui n'a pas de sens.

Questions à se poser : En quoi la mort d'Emma est-elle dramatisée (théâtral) ?
Quels sont les registres dominants ?

Problématique vue en classe : Comment et avec quels procédés, Flaubert met-il en scène la mort d'Emma ?

Lecture cursive : Poésie et profondeur de J.P Richard, « La création de la forme chez Flaubert »

AutreL.A internet

I. Une scène de crise

Rappelons que d'un point de vue médical, un état critique est le moment où va se décider l'issue d'une maladie (guérison ou mort).

1. De l'espoir à la mort

Structure générale du texte (les connecteurs rendent visible chaque partie) :
- Une rémission momentanée : « Cependant » (temporel et logique)
- Une lutte entre la vie et la mort : « Jusqu'aumoment où », « Alors », « aussitôt »
- Le coup de grâce: « Tout à coup »

Le parcours d'Emma dans cette scène évolue de la « sérénité » à « l'épouvantement ».

2. Une description réaliste et convulsive

Description particulièrement réaliste d'un ensemble de symptômes : « haleter », la « langue tout entière lui sortit hors de la bouche », des yeux qui « roulent », l'« accélération de...
tracking img