Mme de merteuil dans "les liaisons dangereuses"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1871 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Correction Plan sur Mme de Merteuil

I - Une virtuose de l’hypocrisie

A) Une parfaite maîtrise de soi

Contrôle sa figure : « je ne montrai plus que celle qu’il m’était inutile de laisser voir ». Contrôle ses émotions : « ressentai-je quelque chagrin, je m’étudiais à prendre l’air de la sérénité ». Contrôle ses discours : « j’observai mes discours ». Dans le film, elle fait venir chezelle Mme de Volanges. Impression que l’action principale se déroule toujours chez elle.
Contrôle sa réputation : fait attention à la durée de son deuil, fait en sorte que ses amants ne parlent pas. Dans le film, regarde les gens à l’opéra, les relations qui se nouent et se dénouent. Rien ne lui échappe. S’entraîne à avoir l’air gaie quand elle souffre, à cause des douleurs volontaires (dans lefilm, on la voit en face de nous, Valmont est derrière elle, elle souffre quand Valmont évoque Mme de Tourvel). Dans les lettres, ne montre pas la fonction de l’apologue « ce n’est pas ma faute », ne dévoile pas sa blessure morale à Valmont mais touche au cœur Mme de Tourvel et par là même tue indirectement Valmont. Voix off dans le film de la Marquise pendant qu’on voit les conséquences de sesdécisions. Hyprocrisie visible par l’entrelacement des lettres (cf la structure. Ex : histoire de Prévan : version officieuse lettre 85/officielle lettre 87). Histoire qui disparaît dans le film. Jeu sur les sourires en coin de Glenn Close au moment où Mme de Volanges se lève du fauteuil chez Mme de Merteuil.

B) Une manipulation hors pair

Elle façonne les autres à son gré grâce aux lettres (lalettre est action), orchestre les intrigues : convainc Cécile dans la lettre 105 : « vous tacherez donc, si vous êtes sage, de vous raccommoder avec Valmont ». Accélère le rythme de l’intrigue Danceny/Cécile quand c’est trop lent. Importance qui se traduit dans le film par les visites chez la Marquise : les personnages se rendent chez elle : visite de Mme de Volanges et sa fille au début du filmcomme si la demeure de la marquise = centre du monde.
Influence. Danceny, l’éduque au libertinage (scène du film où il est avec elle dans son ottomane). Incite Mme de Volanges à marier sa fille avec Gercourt pour la réussite de son plan. Pousse Valmont à renoncer à Mme de Tourvel / scène du film où elle descent l’escalier en racontant l’apologue sur « ce n’est pas ma faute ». Scène du film à doubleénonciation alors que Valmont n’est pas d’accord. Valmont est aux ordres de la marquise : « Instruisez-moi donc que ce que je dois faire » (lettre 59). Indice visible dans le roman où Mme de Volanges dans la même lettre dresse un portait péjoratif de Valmont et en même temps un portrait mélioratif de Mme de Merteuil. Elle actionne les marionnettes de sa maison. A la fin du film, elle tourne autourde Valmont qui a les larmes aux yeux après avoir rompu avec Mme de Tourvel. Il semble prisonnier des paroles de la marquise.

C) Un masque permanent tandis qu’elle démasque les autres

Comme elle le dit dans la lettre 81, elle s’entraîne à parfaire son rôle, observe. Contrôle tout même quand la situation dérape. On la voit dans le film vérifier son masque dans le miroir. Lieu du boudoir tenusecret : Valmont et Belleroche ne se rencontrent pas dans le film. Histoire avec Prévan dans le roman montre que sa vertu, sa réputation sont sauves. Après, elle écrit à Mme de Volanges en donnant une autre version de l’histoire (lettre 87)/dans le film, on remarque davantage sa faiblesse car elle perd le contrôle à la fin : scène où elle renverse son maquillage. Scène absente dans le roman.

II- Une femme des Lumières guidée par la raison

A) Une démarche d’esprit des Lumières : la rationalité

Curiosité sur le désir, l’acte sexuel (cf son mariage). Nuit de noces vécue comme une expérience scientifique : « douleur et plaisir, j’observai tout exactement, et en voyais dans ces diverses sensations que des faits à recueillir et à méditer ». Nie Dieu, se croit une divinité à elle...
tracking img