Modèle américain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4745 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
LE MODÈLE
NORD-AMÉRICAIN

La seconde guerre mondiale a fait des EUA le premier des supergrands et leur a conféré un leadership mondial qui renforce son image de modèle dans le monde entier. Politiquement, les EUA sont amenés à prendre la défense d’une certaine idée d’un monde libre et à lutter contre l’URSS et le communisme. Economiquement, la guerre a renforcé la puissance américaine : ledollar est la seule monnaie de réserve et la base du SMI, les multinationales américaines se lancent à la conquête des marchés sur tous les continents répandant ainsi le mode de vie américain. Au premier plan sur la scène internationale, la politique américaine se caractérise par la défense d’une certaine idée de la liberté et la conquête sans limite du profit. Ainsi, c'est dans la période del'après-guerre que l'on pourra trouver les bases du modèle, mais comment a-t-il évolué plus tard, notamment sous l'effet de la crise économique ? Qu'en est-il aujourd'hui ?

I. Le modèle

A. Le modèle économique

1) Le renforcement de l’économie américaine avec la guerre

Du fait de faibles pertes humaines, d’aucune perte matérielle et qu’ils ont été les fournisseurs et l’arsenal des alliés,les EUA ont doublé leur potentiel de production et ont pris une importante avance technologique pendant la guerre. En 1945, les exportations ont doublé par rapport à 1939. Les EUA possèdent les 2/3 du stock d’or mondial et le dollar est roi (pivot du SMI et du FMI). Le pays possède environ 50% de la richesse mondiale et produit plus que tous les autres pays réunis. Les EUA sont le seul pays à êtresorti de la guerre enrichi.

2) Une économie à l’échelle planétaire

Les EUA ne connaissent pas comme en 1920-21 une crise de reconversion du fait de la demande interne et que l’Europe continue avec ses besoins en produits alimentaires et industriels. L’administration Truman a prévu, à la fin de la guerre, un grand programme social (the "Fair Deal") et de travaux publics pour garantirl’emploi de quelques 60 millions d’actifs (aménagement de la voie d’eau du Saint-Laurent). Dès les années 50, les EUA constituent un pays pratiquant la production et la consommation de masse : la diffusion de nombreux produits nouveaux (matière plastique, nylon, téflon, électroménager, TV...). Ces progrès sont étroitement liés au perfectionnement du système productif (mouvement de concentration qui donnenaissance aux conglomérats), commercial (développement du crédit), de la recherche, du marketing et de la publicité (d’où grand développement du secteur tertiaire). Les EUA, forts de leur avance industrielle et technologique, se lancent dans une stratégie planétaire par l’intermédiaire des multinationales. Les investissements à l’étranger sont massifs, et constituent une main mise des EUA sur lesmatières premières dont leur économie a besoin. Dans les années 60, les multinationales contrôlent des secteurs entiers de l’économie de certains pays, influençant par là même leur évolution politique (surtout en Amérique latine). Les EUA donnent donc l’image d’une société d’abondance où le capitalisme engendre la prospérité.

B. Les EUA défenseur du "monde libre"

Au lendemain de la guerre,les EUA s’instituent comme défenseurs du "monde libre".

1) Le chef de file de la lutte anti-communiste

Face à la poussée communiste de l’après-guerre, les EUA mettent très vite en place le Plan Marshall et lors du blocus de Berlin, la doctrine du "containment" de Truman. Mais, en 1949, les EUA doivent tenir compte que l’URSS possède la bombe et que la Chine vient renforcer le mondecommuniste. D’où la mise en place de l’OTAN, la politique du "refoulement" ("Roll Back") d’Eisenhower, l’intervention en Corée et la "pactomanie" qui marque le début des années 50. La peur du communisme jusque sur son propre territoire entraînent les EUA dans une gigantesque chasse aux sorcières.

2) Le maccarthysme

Fin des années 40, début des années 50, une véritable psychose anti-communiste...