Mode de croissance fordiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5032 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le mode de production keynéso-fordiste et sa crise

I Qu’est ce que le mode de production keynéso-fordiste ?

1) Le fordisme : un approfondissement du taylorisme.

- Taylorisme : division verticale et horizontale du travail.
- Travail à la chaine.
- « 5 dollars a day ».

2) La vision keynésienne de l’économie.

- Le chômage est involontaire.
- Remise en cause dela loi de Say .
- Crise de 1929 : crise de surproduction/sous-consommation.
- L’Etat doit intervenir dans l’économie, mettre en place des politiques économiques contra cycliques.

3) Le mode de régulation keynéso-fordiste.

- Théorisé par l’école de la régulation : Aglietta, Boyer, Lipietz,…
- Le couple production et consommation de masse est au cœur de ce mode derégulation.
- Importante croissance du PIB pendant toute la période des « 30 glorieuses ».
- Partage équitable de la Valeur Ajoutée entre capitalistes et salariés.
- La hausse des salaires réels entretient la demande, soutient donc la production de masse.
- Le cercle vertueux fordiste : la hausse du salaire réel des salariés assure le profit des capitalistes.

II Un nouveau mode derégulation de l’économie.

1) Conditions technico-économiques à la croissance de type fordiste.

- Apparition de nouveaux biens d’équipements semi-durables.
- Accès illimité aux matières premières.
- Un régime monétaire souple.
- Une économie nationale autocentrée, peu ouverte sur l’étranger.
- Une concurrence relâchée.
- Une structure de marché oligopolistique : lesentreprises sont « Price makers ».

2) Un nouveau rapport salarial

- Travail à la chaine, taylorisation sont mis progressivement en place entrainant une hausse régulière des gains de productivité. Mais par conséquence le travail devient plus difficile.
- Un compromis fordiste entre salarié et capitaliste : le caractère aliénant du travail sera compensée par des augmentations de salaireréel.
- Le partage de la VA est plus favorable aux salariés qu’auparavant ( 70% pour les salaires contre 30% pour les profits en France entre 1945 et 1970 ).
- Relation conflictuelle dans les entreprises : importance des syndicats dans le rapport salarial fordiste.
- L’espace de négociation social est collectif ou « macro-social ».
- Les négociations collectives par accord debranche sont coercitives, ont valeur de loi.
- Institutionnalisation du salariat de longue durée, du paiement à l’ancienneté,…
- Un rapport salarial administré.
- « Démarchandisation du travail ».

3) Une politique économique et sociale d’inspiration keynésienne

- Développement de l’Etat-providence, du welfare-state.
- Politique macro-économique de soutien de la demande.- Hausse des investissements publics
- Développement d’un état Beveridgien : création d’une assurance contre la maladie et le chômage, pour tous les salariés.
- Une nouvelle relation monnaie-crédit : un taux d’intérêt faible des banques centrales soutient la demande des ménages et l’investissement des entreprises ( mais entretient l’inflation ).

III La crise du mode de croissancekeynéso-fordiste.

1) Une crise du travail

- « Aliénation maximale » au travail (CORIAT, 1971)
- Turn-over, Absentéisme et malfaçons sont néfastes à la productivité.
- Révolte dans les années 70 contre la société de consommation et l’aliénation au travail.

2) Evolution du cadre de l’économie

- Baisse des gains de productivité.
- Hausse des prix du pétrole.- Le marché des biens d’équipement devient un marché de renouvellement.
- La « société de consommateurs » remplace la « société de consommation ».
- Tertiairisation de l’économie, la « société du savoir ».
- Libéralisation des échanges commerciaux.

3) La libéralisation de la finance mondiale

- Fin des accords de Bretton-woods.
- Hausse des taux d’intérêt.
-...
tracking img