Modele de kaldor

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2308 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Croissance équilibrée et répartition fonctionnelle:

L’Analyse de Kaldor
Chargé de TD : M. Gilbert Bougi

Pierre EVEN Jaouad MADKOUR Soyibou NDAO

Sommaire

Partie I : Partie II :

Introduction Analyse de Kaldor

Partie III : Conclusion et critiques

page 2

Partie I : Introduction
Les analyses néo-cambridgiennes de la croissance ont été proposées entre la fin des années 50 etle début des années 60 grâce à des auteurs tels que Robinson, Pasinetti ou encore Kaldor. Ce dernier va insister sur l’effet régulateur de la croissance grâce à un mécanisme d’ajustement de la propension moyenne à épargner.

A. Nicholas Kaldor
Économiste britannique d’origine hongroise, Nicholas Kaldor (19081986) est devenu, en 1932, assistant à seulement 24 ans, puis maître de conférences, àla London School of Economics ou il restera jusqu’en 1947. Il deviendra membre du Circus lorsque des bombardements, lors de la deuxième guerre mondiale, obligent l’institution londonienne à migrer vers Cambridge. Le Circus réunissait autour de Keynes des jeunes penseurs qui soumettaient les analyses de celui-ci à une critique. En 1949, il marche sur les pas de Keynes en enseignant au King’sCollege de Cambridge. Kaldor a participé auprès de Sir W. Beveridge à la mise en place d’un système moderne de sécurité sociale.

B. Les analyses antérieures
L’analyse contemporaine de la croissance est né de la volonté de certains auteurs d’étendre l’analyse keynésienne de courte période au cas de longue période. Le modèle de référence qu’est celui de Harrod-Domar va conclure que la croissanceéquilibrée de plein emploi, même si elle existe, est instable. Plusieurs travaux consacrés au problème de l’instabilité seront entrepris par la suite. Les s trois variables de leur équation n = donneront lieu à trois voies correspondant à trois v modèles : • • • Le modèle néoclassique va essayer d’obtenir la stabilité de la croissance équilibrée en ! modifiant le coefficient du capital, par le biais dela substituabilité des facteurs de production Le modèle malthusien va arriver au même résultat en ajustant le taux naturel de croissance Le modèle néo-cambridgien quant à lui fera varier la propension à épargner. C’est dans le cadre de ce dernier modèle que se situe l’analyse de Kaldor

page 3

C. Ouverture sur le sujet
Nicholas Kaldor part de l’idée que la flexibilité de la propension àépargner permet de parvenir à la croissance équilibrée de plein emploi. Il essaye dans « A Model of Economic Growth » paru dans l’Economic Journal en 1967 de prolonger l’idée de Kalecki selon laquelle la structure de la répartition agit sur la flexibilité de la propension à épargner.

Partie II : l’Analyse de Kaldor
A. Existence d’une croissance équilibrée de plein emploi
a. Répartition du revenuN. Kaldor met en évidence deux groupes d’agents dans l’économie, se partageant le revenu national et n’ayant pas les mêmes comportements. D’un côté, les capitalistes, propriétaires du capital, ils sont rémunérés grâce aux profits (P) qu’ils réalisent. De l’autre côté, les travailleurs qui touchent des salaires (W) contre la mise à disposition de leur force de travail au service des capitalistes.L’objectif de N. Kaldor est de démontrer que la stabilité de la croissance équilibrée de plein emploi est possible dès qu’il existe un mécanisme d’ajustement de la propension moyenne à épargner. Celle-ci n’est plus une donnée exogène, mais une variable endogène du modèle. L’épargne de la collectivité (S) est la somme des épargnes des deux classes sociales Sw et Sp. La fonction d’épargne s’écrit :S = s wW + s p P

W et P représentent respectivement la masse salariale et la masse des profits, sw et sp étant respectivement la propension moyenne à épargner des salariés et la propension moyenne à épargner des capitalistes. N. Kaldor retient l’hypothèse : 0 ≤ sw ≤ sp ≤ 1
L’idée est que les capitalistes, riches, épargnent plus que les salariés, pauvres. Le revenu national s’écrit : on...
tracking img