Moderato cantabile marguerite duras

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MARGUERITE DURAS MODERATO CANTABILE

Marguerite Duras est née en 1914 à Gia Dinh (autre nom de Saïgon) et décède en 1996 à Paris.

Son œuvre se distingue par sa diversité et sa modernité qui renouvelle le genre romanesque et bouscule les conventions théâtrales et cinématographiques, ce qui fait de Marguerite Duras une créatrice importante, mais parfois contestée, de la seconde moitié du XXesiècle.

Associée au mouvement du Nouveau Roman elle publie ensuite régulièrement des romans qui font connaître sa voix particulière avec la déstructuration des phrases, des personnages, de l'action et du temps, et ses thèmes comme l'attente, l'amour, la sensualité féminine ou l'alcool.

LE LIVRE

Dans une ville portuaire, une jeune mère bourgeoise, Anne Desbaresdes, rencontre un ancienouvrier de l'usine que gère son mari. Par le biais de conversations entre oisifs, qui s'étirent lors de fins d'après-midi dans un café, Anne confronte sa vie rangée à une passion basée sur un idéal développé tout au long du livre. Le récit s'ouvre en effet sur un meurtre passionnel sur lequel l'héroïne va ressasser des questions nécessairement sans réponse.

Outre le style des descriptions et desdialogues, l'intérêt du livre réside dans sa structure. À la fin du récit, aucun des mystères soulevés au début du récit n'est apparemment éclairé. Seule reste la liberté d'interprétation laissée au lecteur, extrêmement large. Moderato Cantabile est parfois considérée comme faisant partie du Nouveau Roman, bien que l'auteur s’en soit défendu.

Peter Brook en a réalisé un film en 1960.

LA LEÇONDE PIANO

Un professeur de piano, Mlle Giraud, revêche et s’obstine à vouloir faire changer Anne Desbaresdes de mode d’éducation de son enfant. Elle oppose à la mère l’idée qu’il faut imposer la volonté de l’adulte, et cela au risque de l'arbitraire. 

I/ Un début classique

Au premier abord, cet extrait apparaît plutôt classique et semble remplir ses fonctions informatives et dramatiquesd’embrayeur d’histoire.

1) Une scène dans laquelle le lecteur est immergé directement dans l’action « in media res »

Le récit nous introduit directement dans une scène sans autre préambule. Nous prenons l’action en cours d’une manière très théâtrale en plein dialogue avec une question qui s’avère être un ordre. Ce début in medias res est confirmé par l’utilisation des articles définis (« la dame», « l’enfant »,…) qui semble indiquer un avant comme au théâtre. Le narrateur est en focalisation externe, se limitant aux informations apportées par les gestes et les dialogues des personnages. Ainsi, le nom de l’héroïne (d’abord « une femme ») est donné par le professeur. Les phrases sont courtes, les descriptions réduites à presque rien (les mains de l’enfant). Le narrateur adopte le point devue de la caméra. Cette scène tourne essentiellement autour de deux protagonistes et montre la montée en puissance de la colère qui transforme une action normalement banale en un moment de violence extrême.

2) Mise en place des personnages

a) Le professeur de piano : « la dame »

Elle apparaît extrêmement autoritaire : « reprit », « continua », « hurla », elle frappe le piano, « poussa uncri d’impatience », « sa fureur augmenta »,…). Elle prend à témoin la mère de l’enfant : « quelle tête vous avez là » puis lui fait la leçon : « je ne veux pas savoir s’il est difficile ou non ».

b) L’enfant

L’enfant se caractérise par son immobilité (« resta immobile », « immobile », « l’enfant ne bougea pas »,…) et son silence (« ne répondit pas », « ne jugea pas bon de répondre »,…).Cette obstination face aux questions du professeur est soulignée par sa position, tourné vers sa partition, par ses yeux baissés et ses mains fermées. L’enfant est même qualifié d’objet deux fois. Pourtant, trois fois dans le texte, il y a un mouvement (« l’enfant tourna sa tête vers cette voix, vite », « il en frémit » {il est sensible à l’appel du dehors} et « remua à peine alors que la...
tracking img