Moderato cantabile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse d'extrait de ��Moderato Cantabile��, Marguerite Duras

Le fragment analys� provient du roman ��Moderato Cantabile�� �crit par Marguerite Duras en 1958. Cet ?uvre s'inscrit partiellement dans le mouvement du Nouveau Roman par le fait que l'intrigue y est r�duite et qu'on n'y trouve pas des portraits psychologiques a la mani�re du roman traditionnel - les traits du caract�re despersonnages ne sont pas d�finis, il n'y a pas, non plus, d'analyses psychologiques o� d'interventions du narrateur qui reste distant. On regarde ce qui se passe plut�t de point de vue ext�rieur (focalisation externe), on suit les actes et les gestes des personnages et on ne re�oit pas des renseignements explicites sur leur int�rieur. De plus, ce roman repose sur des r�p�titions caract�ristiques pour lesnouveaux romanciers�: il s'agit surtout des dialogues entre Anne Desbaresdes et Chauvin qui sont pareils dans chaque chapitre, par lesquels se r�produit, comme dans un miroir, le destin des amants du d�but du roman. Cet ?uvre est loin du courant du r�alisme et fr�le l'existentialisme dans la mesure o� il s'agit de la question d'existence d'Anne.
L'extrait dont il est question c'est le d�but dusepti�me chapitre dans lequel Anne Desbaresdes rentre ivre � la maison, en retard pour une r�ception des invit�s de son mari. C'est le seul moment o� l'action se passe � la r�sidence des Desbaresdes, jusqu'au ce chapitre l'action du roman se passait surtout au caf� - le lieu le plus important dans le roman, o� une femme �tait tu�e par son amant. C'�tait un crime assez singulier, parce que les t�moinspouvaient voir le meurtrier en d�lire tenir le corps de sa maitresse morte dans ses bras et le couvrir des caresses. Anne, ayant assist� a cette sc�ne de la grande tendresse et en �prouvant une fascination profonde, ne pouvait pas s'emp�cher de revenir au caf� les jours suivants, pour d�voiler les secrets de ce meurtre. L� elle rencontre Chauvin, un ouvrier - ancien employ� de son mari dansl'usine. Ils boivent du vin et filent des hypoth�ses a propos de ce qui pouvait se passer entre ces deux amants. Jour apr�s jour ils m�nent un dialogue similaire � travers lequel s'�tablit en quelque sorte une relation parall�le entre eux�: tout semble conduire a l'imitation de cet amour passionnel. Anne rentre � la maison chaque soir avec le son de la sir�ne signalant la fin du jour de travail. Maisce soir-ci elle oublie qu'un grand d�ner avait �t� pr�vu � sa r�sidence, parce qu'elle �tait avec Chauvin plus longtemps que d'habitude et elle a bu beaucoup du vin. Face aux invites elle est totalement inexistante, d�traqu�e du vin, pendant que Chauvin r�de autour de sa maison en d�sir d'elle. Anne �prouve le d�sir aussi, mais elle finit la soir�e vomissant le vin dans la chambre de son enfant. Lejour suivant ils se rencontrent pour la derni�re fois et ils s'embrassent pour un court moment qui ach�ve leur histoire. C'est la fin symbolique, � la mani�re des amants du caf�, marqu� par la mort qui se produit au niveau d'�change des paroles, l'imagination.
Le septi�me chapitre est particulier sur le plan narratif�: jusqu'ici on a eu surtout des dialogues, tandis que ce chapitre s'ouvre surune description - c'est le r�cit qui domine dans ce chapitre. Il s'agit bien sur d'une narration en prose, on a affaire � la focalisation z�ro et au narrateur omniscient�qui fouille partout�: en dehors dans le parc, � l'int�rieur dans la salle a manger et dans la cuisine. Il entre �galement dans la conscience des protagonistes�: ��une femme le sait��. Au pr�alable, le narrateur poursuivait tout del'ext�rieur, comme l'?il objectif de camera (focalisation externe). C'est le pr�sent qui est employ� et non pas pass� simple des chapitres pr�c�dents�: on est dans la description, le t�moignage�; la narration devient ainsi assez dynamique, on a l'illusion d'assister directement � cette sc�ne. Les phrases sont ici plus �labor�es et complexes, plus litt�raires et non pas courtes et simples, comme...
tracking img