Moderato cantabile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2868 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
“Moderato cantabile”
(1958)

Roman de 105 pages

«Modéré et chantant», c'est, dans une atmosphère oppressante, l'injonction que Mlle Giraud, une professeuse de piano, donne à son jeune élève, qui a une dizaine d’années, est doué mais turbulent, talentueux mais buté et peu motivé, au cours de ses leçons du vendredi, où il apprend à contre-coeur une sonatine de Diabelli. Il est le fils d'AnneDesbaresdes, jeune femme blonde, désœuvrée du «directeur d’Import Export et des Fonderies de la Côte», qui, dans une petite ville française du bord de la mer, non identifiée, mène une vie si monotone qu’elle est lasse de l’existence. Elle se promène tous les jours avec l'enfant qu'elle adore, dont elle est fière et admirative, pour lequel elle est très indulgente, se laissant déborder par saviolence, lui répondant sans jamais vraiment l’écouter, lui faisant donner des leçons de piano plus pour qu’ils aient tous les deux un but que par véritable amour pour la musique. Mère et fils se moquent des remarques incessantes de la professeuse et ne semblent vivre que selon leur bon plaisir. Rien ne semble devoir briser la monotonie de cette vie qui est cependant rompue, un jour, pendant uneleçon, par un cri déchirant sortant du café situé au-dessous : une jeune femme y a été tuée à bout portant par son amant. Anne se mêle à la foule des badauds, voit un homme tenir dans ses bras le cadavre étendu sur le sol en l’appelant calmement «mon amour, mon amour», et assiste à son départ dans la voiture de la police. Cet événement marque profondément la jeune femme qui, laissant son fils jouerlibrement sur le port, avec d'autres enfants, voulant tout savoir sur cette femme morte, prend désormais l'habitude de revenir dans ce café, d’y prendre du vin, comme si le lieu du crime pouvait parler, expliquer, justifier l’injustifiable. Il y a là un habitué, un jeune homme aux yeux bleus qui aurait été témoin du drame. La conversation s’engage. Tout naturellement, ils parlent du crime, du cripoussé par la femme au moment de sa mort. Il lui révèle que l'assassin était épris de cette femme, qu'il l'avait tuée parce qu'elle le lui avait demandé et qu'il est depuis devenu fou de douleur. Toute une semaine, jour après jour, Anne revient avec son enfant et le même dialogue se poursuit, ponctué de verres de vin. Chaque jour, en quelques paroles, elle interroge plus avant ; ils approfondissent cesujet, inventent l'histoire des deux amants fous. Et sont posées les mêmes questions : l’homme a-t-il tué la femme qu’il aimait parce qu’elle le lui demandait? peut-on tuer par amour? n’y avait-il pas d’autre issue à leur amour? Elle se repaît de cette histoire et croit y étancher sa soif d’absolu. Cependant, cette enquête à mots couverts devient peu à peu un jeu dangereux. Entre eux, se noue unerelation étrange dans l'approche qu'ils ont l'un de l'autre, dans le contenu de leurs conversations ou dans le vide de celles-ci. Chauvin est un ancien ouvrier de son mari, qui a été renvoyé pour indiscipline. Il connaît très bien Anne : il connaît son cadre de vie, une grande maison à l'extrémité du Boulevard de la mer (il a été reçu à une fête de Noël avec les autres ouvriers) ; il sait où setrouve sa chambre ; il connaît le parc qui entoure sa demeure et les parfums entêtants des arbres qui le peuplent. Chaque jour aussi, ils boivent un peu plus de vin blanc, ce que leur entourage désapprouve : pourquoi cette bourgeoise vient-elle s'encanailler avec cet homme, laissant son fils jouer sur le port? Ils sont indifférents à tout. Seule compte leur relation, la similitude de l'amournaissant entre eux et du fait divers tragique s'accentue de jour en jour. Subtilement, lentement, l’histoire personnelle d’Anne se calque sur le destin de la victime à laquelle elle s’identifie de plus en plus, devenant la femme assassinée par amour (un amour qu’elle ne connaît pas, qu’elle envie), comme elle boit de plus en plus, rentre de plus en plus tard chez elle. Elle devient une autre femme...
tracking img