Moliere vs tirso de molina

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
C’est inévitable ne pouvoir pas comparer Le Dom Juan de Molière et le L’Abuseur de Séville. Dans toutes les références littéraires on peut voir le grand rapportentre les deux œuvres. Don Juan est né en Espagne. C’est là une vérité élémentaire qu’il convient de rappeler à bien des Français pour lesquels ce personnage, quipourrait bien être fils de Molière, aurait survécu grâce à Mozart (l’opéra : Don Giovanni, ossia il dissoluto punito) et n’aurait ressuscité qu’avec Edmond Rostand ouMontherlant. Il n’en est rien : Don Juan est espagnol et l’est resté jusqu’à nos jours et la preuve en est que tous les auteurs étrangers qui se sont intéressés aupersonnage en ont fait un Espagnol, quand bien même, tel Lord Byron, l’auraient-ils fait voyager dans tous les pays du monde.
À l’exception des hispanistes et dequelques personnes cultives, bien peu de Français connaissent les noms de Tirso de Molina, Zorrilla, Valle-Inclán, Pérez de Ayala, Torrente Ballester ou même desfrères Machado qui tous, parmi tant d’autres, ont contribué à l’édification du mythe. Sait-on seulement que la pièce la plus jouée dans le monde hispanique est le DonJuan Tenorio de Zorrilla ?
Le mythe de Dom Juan il faut le développer parce que un mythe de telle importance ne se mantient en vie que parce qu’il est assezprotéiforme pour coller aux préoccupations, religieuses avant tout, mais aussi politiques et sociales du moment. L’étude du contexte historique de l’Espagne à l’époquecomme ce-lui de la France semble indispensable pour apprécier à leur juste valeur les avatars du personnage, de ses aventures, de ses bavardes et de ses conquêtes.
tracking img