Moliere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaires
Portrait de Molière par Charles-Antoine Coypel.Le 20 février de cette année 1662 Molière, à quarante ans, avait épousé Armande Béjart, âgée de dix-neuf ans, la fille de sa maîtresse,Madeleine, ce qui lui vaut de nombreuses attaques et d’être accusé de relations incestueuses avec cette personne qui pourrait être sa fille. La pièce fait scandale, et l’année 1663 voit défiler unesérie de pièces écrites en « droit de réponse » à la précédente. Molière répond à ses adversaires par La Critique de l'école des femmes. Edme Boursault, auteur attitré de l’Hôtel de Bourgogne, écrit alorsune comédie intitulée Le Portrait du peintre, ou la Contre-critique de l’école des Femmes ; Molière réplique avec son Impromptu de Versailles dans lequel il caricature Boursault et les acteurs del’hôtel de Bourgogne. Et ainsi de suite ; Claude Deschamps répond avec La Vengeance des marquis.

En janvier 1664, Montfleury compose un Impromptu de l’Hôtel de Condé, où, en voulant méchamment croquerune caricature de Molière, il décrivit à merveille son incontestable talent d’acteur comique, qui fit, pour une bonne part, le succès de ses comédies :

[...] il vient, le nez au vent,
Les pieds enparenthèse et l’épaule en avant,
Sa perruque, qui suit le côté qu’il avance,
Plus pleine de lauriers qu’un jambon de Mayence,
Ses mains sur les côtés d’un air un peu négligé,
Sa tête sur le doscomme un mulet chargé,
Ses yeux fort égarés ; débitant ses rôles,
D’un hoquet perpétuel sépare ses paroles.
L’intérêt de L’École des femmes, c’est sa réalité. Molière, pour la première fois adélibérément choisi d’ancrer la comédie dans le réel de son époque. Les personnages sont ses contemporains qui évoluent avec leur complexité. De cette peinture et de ce drame, il nous propose une philosophie dela vie, basée sur le respect du naturel et de nos prédispositions.

Commentaire de Molière lui-même dans La Critique de l'école des femmes par la voie d’Uranie : « Ce qui me paraît assez...
tracking img