Moliere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3352 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour les articles homonymes, voir Molière (homonymie) et Jean-Baptiste.

Molière

Molière dans le rôle de César dans La Mort de Pompée, peint par Nicolas Mignard (1658).Collection Comédie-Française..

--------------------------------------------------------------------------------

Nom de naissance Jean-Baptiste Poquelin
Autres noms Molière
Activité(s) Dramaturge, ComédienNaissance Indéterminée, baptisé le 15 janvier 1622

Décès 17 février 1673

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, baptisé le 15 janvier 1622[1] et mort le 17 février 1673, est un dramaturge et acteur de théâtre français.

Considéré comme l'âme de la Comédie-Française, il en est toujours l'auteur le plus joué. Impitoyable pour le pédantisme des faux savants, le mensonge des médecins ignorants, laprétention des bourgeois enrichis, Molière aime la jeunesse qu'il veut libérer des contraintes absurdes. Très loin des rigueurs de la dévotion ou de l'ascétisme, son rôle de moraliste s'arrête là où il l'a défini : « Je ne sais s'il n'est pas mieux de travailler à rectifier et à adoucir les passions des hommes que de vouloir les retrancher entièrement »[2], et son but a d'abord été de « fairerire les honnêtes gens »[3]. Il fait donc sienne la devise Castigat ridendo mores (en riant, elle châtie les m urs) qui apparaît sur les tréteaux italiens dès les années 1620 en France, au sujet de la comédie.

Sommaire [masquer]
1 La jeunesse de Molière
2 Des débuts difficiles
3 Le début de la gloire
4 Les dernières uvres
5 La mort de Molière
5.1 La mort de Molière selon Boulgakov
6Épilogue
7 Polémique littéraire
8 Ses uvres
9 Cinéma
10 Voir aussi
10.1 Articles connexes
10.2 Bibliographie
10.3 Liens externes
11 Notes et références


La jeunesse de Molière
Fils de Jean Poquelin, riche marchand-tapissier établi rue Saint-Honoré à Paris, et nommé tapissier du roi, Jean Poquelin est baptisé le 15 janvier 1622 à la paroisse Saint-Eustache, vraisemblablementné le même jour ou la veille[4]. Deux ans plus tard, l'enfant, à la suite de la naissance d'un frère cadet également baptisé Jean, sera appelé Jean Baptiste.

Sa mère, Marie Cressé, meurt en 1632 alors qu'il n'a que dix ans, son père se remarie avec Catherine Fleurette, autre fille de tapissier, dont il aura cinq enfants. De 1633 à 1639 il est élève au collège de Clermont (actuel lycéeLouis-le-Grand), tenu par des Jésuites, l'un des établissements les plus huppés de la capitale. Jean-Baptiste y fait d'excellentes études (latin, mathématiques, physique, philosophie, mais aussi escrime et danse).

Grâce à son grand-père, il a pu assister aux représentations théâtrales de l'Hôtel de Bourgogne, mais aussi à celles des improvisations sur canevas des Italiens, ou aux farces comiques deGaultier-Garguille ou Guillot-Gorju. Selon certaines sources, il aurait eu pour condisciple le prince de Conti, qui deviendra l'un de ses protecteurs.

Le 18 décembre 1637, il prête le serment de tapissier royal, reprenant ainsi la charge de son père auprès de Louis XIII. On ne sait si Molière exerce ou non son nouveau métier, toujours est-il qu'en 1640 il fait la connaissance d'une famille decomédiens, les Béjart et il tombe amoureux de Madeleine, protégée du duc de Modène. La même année, il rencontre Tiberio Fiorelli, le célèbre Scaramouche, et prend peut-être des leçons auprès de lui.

On pense qu'en 1641, il suit l'enseignement de Gassendi, philosophe épicurien et maître des Libertins, qui a enseigné à La Mothe Le Vayer, Cyrano de Bergerac, Chapelle et d'Assoucy.

En 1642, il prendses licences de droit à l'Université d'Orléans et revient à Paris où il s'inscrit au barreau pendant six mois, puis il remplace son père qui veut lui laisser sa charge et voit d'un mauvais il sa fréquentation avec les Béjart, et suit la cour de Louis XIII à Narbonne.

En janvier 1643, Jean-Baptiste renonce à la charge de son père qui lui coupe les vivres. Madeleine Béjart accouche d'une...
tracking img