Monarchie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation :


Entre 436 et 987 PCN nous pouvons observer en Europe des monarchies appelée Monarchies Franques. Ces monarchies sont constituées de deux dynasties : la dynastie mérovingienne (436-751 PCN) et la dynastie carolingienne (751-987 PCN). La notion de monarchie en tant que telle apparaît avec Clovis, Roi le plus puissant de la dynastie mérovingienne. Il tua tous ses concurrents,s’accaparera de leurs territoires pour ainsi devenir le seul roi d ce nouveau territoire qu’il domine : la Francia. Au fil du temps et des successions, le pouvoir mérovingien va s’affaiblir jusqu’à ce qu’il soit remplacé par une nouvelle dynastie : la dynastie carolingienne qui, bien qu’elle démarra avec un pouvoir qui agit pour l’intérêt de ses citoyens, dépérira, notamment à cause de laréapparition des divisions des territoires lors du partage des terres entre les successeurs du roi. Le pouvoir qui sera établit diffèrera entre les deux dynasties mais sera pour les deux cas un amalgame des résurgences romaines et des influences chrétiennes ainsi que germaniques sur le roi. Dès lors, Puisque la conception du pouvoir découle d’influences et diffère selon les deux dynasties, nous nous posonsla question de savoir qu’elle est la conception du pouvoir sous les monarchies franques ? Nous allons à travers cette dissertation y répondre en distinguant d’une part les influences germanique et d’autre part les influences chrétiennes et résurgences romaines d’un côté chez les mérovingiens et de l’autre côté chez les Carolingiens.
I) Influences germaniques sur les monarchies franques.
Lesinfluences germaniques seront ici présentées pour montrer leurs importances dans le pouvoir suivant les dynasties franques.
A) Chez les Mérovingiens.
Chez les Mérovingiens dont le premier roi fut Clovis, les influences germaniques sur le pouvoir sont de deux ordres : patriarcal et patrimonial. En effet, pour l’aspect patriarcal, le roi exerce son pouvoir en son intérêt et il n’est pas chef duterritoire de la Francie mais des guerriers sous son commandement, ce qui explique la raison pour laquelle les rois francs sont dits Roi des Francs et non Roi de la Francie. En effet, le serment qui lie les guerriers au roi n’est pas lié à la fonction de ce dernier mais à sa personne, ce qui crée donc un lien personnel entre les guerriers et leur roi qui leurs doit de leurs assurer protection.C’est cette assurance de protection qui notamment justifie le caractère patriarcal du pouvoir. Pour le caractère patrimonial, le roi considère que le pouvoir royal et le territoire sur lequel il s’établit sont sa propriété. A la mort de celui-ci, le territoire étant considéré comme appartenant au défunt roi, il est réparti de manière égale entre les fils du roi selon la loi salique qui écarte lesfilles de l’héritage. Aussi, la loi de primogéniture qui accorde la majorité des legs à l’ainé des enfants ne s’appliquait pas chez les francs. Ce principe de legs va progressivement affaiblir les mérovingiens qui seront alors remplacés par les Carolingiens. Un autre type d’influence germanique est constitués de deux symboles royaux repris par les mérovingiens : le manteau rouge, signe du pouvoir, etles cheveux longs, signe germanique de la royauté.
B) Chez les Carolingiens.
Pour les Carolingiens, l’influence germanique sera fortement moins prépondérante mais sera malgré tout la cause de la décadence des Carolingiens. En effet, le principe de partage des territoires entre les successeurs du roi à la mort de ce dernier sont encore appliqués. Dès lors, le territoire sera de plus en plusmorcelé et, le pouvoir ainsi affaibli, les carolingiens seront remplacés par une autre dynastie plus puissante.
II) Résurgences romaines et influences chrétiennes.
Les influences chrétiennes et résurgences romaines seront ici présentées pour montrer leurs importances dans le pouvoir suivant les dynasties franques.
A) Chez les Mérovingiens.
Les emprunts romains ne sont pas nombreux. En...