Monclaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6592 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 
aes rh

 

Semestre
  1
 

 
 
 


 
 
 
 

COURS
 D’INTRODUCTION
  GÉNÉRAL
 AU
 DROIT
 ET
  MÉTHODOLOGIE
 JURIDIQUE
 

 

Introduction
 générale
 :
 définition
 du
 droit
 

  Il
  est
  impossible
  de
  donner
  une
  définition
  homogène
  et
  définitive
  car  suivant
  les
  pays,
  la
  norme
  et
  la
  définition
  varie.
  Les
  notions
  de
  juste
  et
  d’injuste
  sont
  relatives.
  Le
  droit
  est
  une
  sorte
  de
  science
  qui
  se
  fonde
  sur
  une
  norme
  dite
  positive.
  Dans
  l’école
  positiviste,
  ce
  qui
 importe,
 c’est
 hiérarchiser
 les
 normes
 de
 droit,
 et
 de
 savoir
 comment
 elle
 se
 hiérarchise
 entre
  elle.
 
 
 
 

SECTION
 I
 :
 DÉFINITIONS
 SUBSTANTIELLES
 DU
 DROIT
 

 

I. LES DOCTRINES JURIDIQUES

  La
 philosophie
 concerne
 l’ensemble
 des
 études
 et
 recherche visant
 à
 saisir
 les
 causes
 premières.
  Elle
  cherche
  la
  réalité
  absolue
  ainsi
  que
  les
  fondements
  des
  valeurs
  humaines.
  Selon
  cette
  approche,
  la
  philosophie
 vise
 le
 plus
 haut
 degré
 de
 généralité.
 Et
 elle
 se
 voudrait
 le
 berger
 des
 autres sciences.
 
 
  Selon
  cette
  approche
  philosophique,
  elle
  est
  indispensable
  au
  droit
  pour
  définir
  ces
  relations
  avec
 la
 morale,
 la
 politique
 et
 l’économie.
 En
 d’autres
 termes,
 il
 n’y
 a
 pas
 de
 droit
 sans
 philosophie
 du
  droit.
 Dans
 cet aspect
 philosophie,
 tout
 ordonnancement
 juridique
 repose
 sur
 la
 recherche
 des
 valeurs
  social,
  cad,
  la
  justice,
  la
  sécurité
  juridique
  et
  le
  progrès.
 
  D’où
  l’existence
  de
  différentes
  doctrines
  associés
 à
 ses
 valeurs.
  QU’ELLE
 SONT
 LES
 FONDEMENTS DES
 CES
 DEUX
 DOCTRINES
 ?
  A. LA
 PHILOSOPHIE
 IDÉALISTES
 
  Elle
  est
  issus
  de
  la
  doctrine
  du
  droit
  naturel.
  Selon
  cette
  doctrine,
  il
  existe
  un
  idéal
  de
  justice
  supérieur
 au
 droit
 positif
 (règle
 de
 droit
 écrite).
 C’est
 un
 idéal
 qui s’impose
 même
 à
 l’auteur
 de
 la
 loi.
  On
 considère
 que
 la
 théorie
 provient
 de
 la
 nature
 de
 l’être
 humain.
 Il
 reste,
 cependant,
 des
 principes
  non
 écrits
 qui
 prévalent
 sur
 le
 droit
 positif
 (Antigone).
 
 
  Pour
  Aristote,
  le
  droit
  doit
 s’inférer
  de
  l’harmonie
  de
  l’ordre
  naturel.
  Et
  pour
  Cicéron,
  grand
  juriste
 romain,
 «au
 delà
 du
 droit
 positif,
 existe
 un
 droit
 idéal,
 immuable
 et
 intemporel.
 Saint
 Augustin,
  tout
 comme
 Aristote,
 ne
 remette
 pas
 en
 cause
 l’esclavages
 (Esclavage
 =
 pas de
 droit).
 Grotius
 (un
 des
  fondateur
  du
  Droit
  International)
  essaye
  de
  dégager
  la
  théorie
  des
  droits
  naturels
  non
  fondés
  sur
  la
  religions.
  Il
  existe
  une
  raison
  naturel
  qui
  conduit
  la
  nature
  de
  l’homme
  et
  cette
 ...
tracking img