Mondialisatio

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2881 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Altermondialistes tout terrain
Ces dernières années, les choses sont allées bien plus vite que beaucoup ne le pensaient. Le système de la mondialisation néolibérale craque de toutes parts, même s’il ne faut pas croire qu’il tombera comme un fruit mûr ; à l’échelle planétaire, un vaste mouvement appelé altermondialiste est en train de se former et poursuit sa progression. Comment peut-ilfranchir un seuil quantitatif et qualitatif décisif, dont beaucoup d’indices montrent qu’il est à portée de main ? Car c’est vers ce mouvement que se tournent, nombreux, les regards de ceux qui ne supportent plus ce monde injuste et absurde, et qui cherchent des solutions de rechange.
Le mérite historique du mouvement altermondialiste est d’avoir engagé un vaste travail de mise au jour et dedéconstruction de l’idéologie néolibérale, accompagné, notamment dans les forums sociaux, d’une intense production d’alternatives et d’une multitude d’initiatives. Ces activités font apparaître de plus en plus nettement que la mondialisation est un processus politique, auquel s’oppose désormais un autre processus politique : le mouvement altermondialiste lui-même. Emergeant du rideau de fumée quien avait longtemps dissimulé la nature profonde, la mondialisation apparaît avant tout comme un système de domination du Nord sur le Sud, du capitalisme anglo-saxon sur les autres formes de capitalisme, des possédants sur les démunis. Au point où l’on peut dire que cette mondialisation-là est la mise en œuvre concrète de l’idéologie néolibérale.
La mondialisation, en effet, n’est pas tombéedu ciel ; elle n’est en rien une étape nécessaire dans une évolution naturelle du système économique ou des technologies : elle est bel et bien la conséquence directe de multiples choix et décisions, en premier lieu politiques. Elle est même un choix stratégique, effectué progressivement, après 1968, et visant à rediscipliner le salariat des pays occidentaux par le chômage, et les peuples despays pauvres par la dette.
Il serait néanmoins vain de nier les évolutions qui se sont produites sous l’effet de la dynamique propre du capitalisme, notamment dans le domaine de la financiarisation et des technologies. Mais ces transformations ont été récupérées et orientées par les stratégies mises en œuvre par les tenants de la révolution conservatrice initiée par M. Ronald Reagan etMme Margaret Thatcher à partir du début des années 1980. Ces décisions, contribuant à l’extension de la mondialisation néolibérale, ont été prises, à côté des gouvernements et des instances multilatérales, par les investisseurs institutionnels et les firmes multinationales.
Ces dernières ont rapidement compris qu’elles pouvaient réorganiser le travail à l’échelle planétaire pour faire d’une pierretrois coups : affaiblir le mouvement syndical et les résistances dans les pays occidentaux, en réduisant la taille des entreprises et en les délocalisant pour rechercher davantage de compétitivité ; faire croître leurs profits par la baisse de la masse salariale et en utilisant diverses exonérations fiscales et sociales, sans parler des paradis fiscaux ; donner l’impression qu’elles participaientau développement du Sud en y implantant des usines.
Jusqu’au milieu des années 1970, le capitalisme avait en effet perdu une partie de son contrôle sur certains pays (stratégies d’équilibre entre les deux blocs dans le mouvement des pays non-alignés) et dans certaines entreprises des pays européens (conséquences de mai 1968 et des quelques années qui suivirent). Les profits et laproductivité baissaient, les salaires montaient et les idées anticapitalistes se développaient dans toutes les catégories sociales, notamment dans la jeunesse. Les milieux patronaux et conservateurs s’organisent alors pour reprendre la main sur les plans idéologique et pratique dans les entreprises, les médias, les institutions internationales, certains partis politiques et les appareils d’Etat....
tracking img