Mondialisation drogue

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1210 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA MONDIALISATION : LA DORGUE

Le constat officiel qui soutient cette orientation de la lutte « antidrogues » pour le XXIème siècle est que les trafiquants de drogues et ceux qui blanchissent leurs bénéfices utilisent des phénomènes liés à la phase actuelle de mondialisation afin de développer leurs activités. Ainsi, la baisse des coûts de transport et la multiplication des liaisonsmaritimes, aériennes et routières, la croissance des échanges commerciaux mondiaux, l’unification croissante des marchés financiers nationaux à travers l’informatisation des transferts électroniques et l’utilisation de paradis fiscaux et autres places « offshore », la diffusion des savoir-faire agricoles et chimiques et de manière générale l’interdépendance croissante des pays, etc., sont identifiés commefavorisant la mondialisation du phénomène drogues[1].
S’il y a en effet peu de doutes que le phénomène drogue se mondialise, l’explication officielle pose problème. Il s’agit d’une explication partielle qui ne considère que les modalités techniques du phénomène drogue. Mais en réifiant le « hardware », sur lequel on fait porter toutes les mesures de contrôle, on oublie le « logiciel ». Nousdésignons du terme de « logiciel » les motivations des acteurs du phénomène drogue et les environnements politiques, économiques, sociaux, culturels et stratégiques qui les influencent.
Parce qu’il efface ces motivations et leurs contextes, le discours qui soutient la politique antidrogues actuelle est simpliste et mystificateur. Il repose sur un dogme qui fait des drogues illicites le mal absolu etréduit les acteurs à la seule dimension de « criminels ». Les États, dont l’utilité est contestée par l’idéologie néolibérale qui caractérise la phase actuelle de mondialisation, ont trouvé jusqu’ici dans cette démagogie antidrogues une source de légitimation.
Pour comprendre la mondialisation actuelle du phénomène drogue et la maîtriser, il semble au moins aussi fondamental, pour des sociétésdémocratiques, d’appréhender les « logiciels » qui président à leur instrumentation que les modalités techniques qui permettent cette instrumentation. On découvre alors que la relation entre drogues et mondialisation est loin d’¡tre aussi univoque que ne le suggère le discours officiel.
Instrumenté de diverses manières par une multitude d’institutions, d’organisations et d’individus, lephénomène drogue et son contrôle influencent la phase actuelle de mondialisation. L’une des formes actuellement les plus répandues d’instrumentation de l’industrie des drogues est la « subvention ». En effet, production, trafic et blanchiment constituent une subvention cachée de l’économie mondiale depuis que la crise des années 1980 a favorisé l’utilisation des narco-dollars pour rembourser la dette denombreux pays en développement. Dans certains pays latino-américains et surtout africains ils constituent vraisemblablement le principal canal d’insertion dans l’économie-monde de vastes secteurs, notamment ceux liées à la production de matières premières agricoles d’exportation, durement touchés par la baisse des cours mondiaux, et à la production vivrière mise à mal par l’ouverture des marchésnationaux aux importations à bas prix. Les capitaux issus de la drogue ont également facilité les privatisations imposées par les programmes d’ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale, et participé au développement du secteur informel que les institutions financières internationales ont longtemps considéré comme un moyen d’absorber la main-d’œuvre issue des licenciements massifseffectués dans le secteur public. Aujourd’hui, intér¡ts liés à la drogue et économie légale sont si inextricablement associés dans de nombreux pays, qu’il est devenu difficile d’établir une différences autre que théorique entre économies formelle, informelle et criminelle.
On constate ainsi qu’en plus de la mondialisation actuelle du phénomène drogue il faudrait aussi prendre en compte la...
tracking img