Mondialisation et communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 67 (16505 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[Texte paru dans D. R. Cameron et J. G. Stein (dirs.), Contestation et mondialisation : Repenser la culture et la communication. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2003 : 133-168.]

Chapitre 5 Communication et mondialisation: un défi pour les politiques publiques
Marc Raboy

Dans la confusion et le chaos entourant les négociations menées par l’Organisation mondiale du commerce àSeattle en 1999, la représentante commerciale américaine, Charlene Barshefsky, souligna que «la seule véritable menace au système du commerce multilatéral était l’absence d’un soutien public» (1). Au Canada, l’absence d’un soutien public pour le projet de l’OMC fut palpable. Le Comité permanent des Affaires étrangères et du Commerce international de la Chambre des communes révéla, dans un rapportdatant du mois de juin 1999, que les Canadiens considéraient la protection de leur identité culturelle et de la diversité culturelle comme étant une question prioritaire (2). En fait, cette attitude correspondait à une tentative historique du Canada pour apaiser les tensions entre le commerce et la culture au moyen d’une politique des communications. Toutefois, cette position est devenue de plusen plus difficile. Par exemple, le long conflit opposant le Canada et les États-Unis sur la question de l’accès au marché publicitaire canadien pour les magazines américains a été réglé lorsque le Canada accepta de modifier une partie de sa législation en échange du retrait des procédures judiciaires entamées par les Etats-Unis auprès de l’OMC (3). Cette querelle, hautement médiatisée, n’estqu’une illustration des nouvelles restrictions imposées à la souveraineté nationale par la nouvelle économie mondiale. À vrai dire, ces dernières mettent peu à peu en évidence certains problèmes que plusieurs acteurs sociaux se sont efforcés d’aborder. De son côté, le gouvernement canadien a toujours défendu son droit de poursuivre des objectifs non économiques dans ses politiques publiques, et celamalgré son adhésion à des ententes commerciales internationales et à de nouvelles structures de gouvernance telles que l’ALENA et l’OMC. Mais la nature de ces nouvelles dispositions ou structures, dans lesquelles le Canada est un participant actif et auxquelles les négociateurs canadiens contribuent énormément, ne permet pas de poursuivre facilement certains objectifs sociaux et culturels. Celasoulève la question de savoir comment on peut développer des politiques publiques valables dans un contexte marqué par le transfert des décisions nationales à un niveau transnational ou mondial. Au moment même où cet article est rédigé, un environnement politique de facto pour la communication mondiale a été mis en place (4) Actuellement, cet environnement évolue

107 selon sa propre logique, sespropres exigences, ses propres protocoles et règles, alors que plusieurs intervenants cherchent à l’influencer le mieux qu’ils peuvent. Mais l’élargissement de la sphère des politiques de la communication au niveau mondial a ses propres limites et sa propre dynamique, en ceci que les débats nationaux sur cette question ne sont pas seulement réorientés par le développement des politiques mondiales,mais également enrichis par celles -ci. Dès lors, il faut envisager la mondialisation comme un défi politique plutôt que comme une « fin des politiques », ainsi que le soutient le discours néolibéral de la déréglementation, qui se sert de cet argument comme d’un leitmotiv.

Pourquoi la communication? Les mass médias, les industries culturelles, ainsi que les technologies de l’information et descommunications, sont devenus les principaux catalyseurs de l’activité culturelle, de la consommation de masse et de la participation à la vie publique. Ils constituent de plus en plus la base des communications directes à travers l’espace et le temps. Dans ces conditions, l’accès aux ressources de la communication peut être envisagé comme un des éléments fondamentaux pour édifier la citoyenneté....
tracking img