Mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1043 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un échange libre est toujours profitable

L'idée selon laquelle l'échange pourrait être inégal est largement répandue. Or elle est fausse, radicalement et définitivement fausse. Il est en effet un principe universel, à savoir qu'un échange libre est profitable aux deux partenaires (sinon, bien sûr, ils ne le décideraient pas). Et ce principe est évidemment valable que les partenaires soientsitués sur le même territoire national ou sur des territoires nationaux différents. Car il ne faut pas oublier que les pays n'échangent pas, pas plus qu'ils ne pensent ou agissent. Seuls les individus échangent, soit isolément, soit en coopérant au sein de structures entrepreneuriales. Étant universel, le principe selon lequel l'échange est nécessairement bénéfique pour tous les échangistes ne peutpas souffrir d'exception.
Pourtant, dira-t-on peut-être, si un gouvernement supprime les barrières douanières qui protégeaient certains des producteurs de son pays, ces derniers souffrent bien de la concurrence accrue des producteurs étrangers au point qu'ils peuvent même être conduits à la faillite. En ce sens, la libéralisation des échanges appauvrirait ces producteurs et donc leurs pays.Mais il faut en réalité renverser le raisonnement: la protection dont ces producteurs bénéficiaient auparavant n'était rien d'autre qu'un ensemble de privilèges obtenus par la contrainte étatique. Les gains indus qu'ils recevaient ainsi se faisaient aux dépens des consommateurs nationaux, obligés de payer plus cher pour leurs achats, ou des producteurs étrangers empêchés de vendre dans le paysprotectionniste.
Or personne ne peut valablement légitimer que certains se voient ainsi attribuer des droits sur autrui: le protectionnisme apporte des gains à certains (généralement ceux qui sont les plus proches du pouvoir politique), mais il crée des victimes (généralement les moins organisés politiquement et les plus pauvres). La libéralisation des échanges ne fait que restaurer les droitslégitimes des uns et des autres. Elle est donc l'expression des exigences d'une morale universelle et, en tant que telle, elle ne peut entrer en conflit avec aucune autre considération.

L'idée selon laquelle l'échange pourrait être créateur d'inégalités est en réalité le sous-produit d'une autre erreur intellectuelle, celle qui consiste à penser que les relations entre les hommes constituent unjeu à somme nulle: ainsi ce qu'obtiendraient les habitants des pays riches par l'échange international serait obtenu aux dépens des habitants des pays pauvres. De là vient l'idée du « pillage du tiers-monde ». Ceux qui défendent ces thèses ont une vision matérialiste et statique de l'économie: ils considèrent qu'il existe un stock donné de richesses dans le monde (en particulier les ressourcesnaturelles) et qu'il convient seulement de répartir ces richesses.

Or, les richesses humaines sont toujours créées et elles le sont nécessairement par des efforts d'intelligence. C'est la raison pour laquelle Julian Simon – remarquable économiste américain, trop ignoré en France – a pu montrer que les ressources naturelles n'existent pas et qu'elles sont elles-mêmes un produit de l'esprithumain(1). En effet une ressource quelconque n'a pas d'existence économique aussi longtemps que personne ne lui a trouvé d'usage et ne l'a associée à un projet humain. Et il ne faut pas s'étonner si des pays riches en ressources naturelles (par exemple le pétrole pour le Venezuela) ne se développent pas, alors que d'autres, démunis de ressources naturelles (la Suisse ou Hongkong) sont au contraire trèsprospères.
Victimes de leurs dirigeants
Parce que dans tout pays il existe des êtres humains dotés de raison et d'imagination, tout pays a vocation à se développer et il se développera d'autant mieux que ces êtres humains seront libres de penser, de produire, d'épargner et d'échanger. Si certains pays sont pauvres, ce n'est certainement pas à cause de l'échange international, qui leur...
tracking img