Mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2503 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La mondialisation
Source de gauche
Source de droite
Les revues et les magasines de sciences politique

Avantage
Favorise les echanges culturel et technologique
Elles évoquent une France "ouverte, active et productive" dans ce processus
Les Français, dans leur grande majorité, n'aiment pas la mondialisation.Ils voient en elle une menace pour leur mode de vie plutôt qu'unespoird'ouverture et de changement.

Encourageant les délocalisations, la mondialisation serait source dechômage. Elle contribuerait à la dégradation de l'environnement, à laprolifération du terrorisme, à la propagation des épidémies, à ladissolution des identités nationales...

Quoi qu'il en soit, les échanges internationaux sont aujourd'hui uneréalité incontournable. Autant s'y intéresser de près, encorriger lesméfaits et s'efforcer d'en tirer avantage.

Cet ouvrage aborde le phénomène de la mondialisation de manièreclaire et raisonnée. Exemples et chiffres à l'appui, il vous permettra decomprendre la mondialisation, son fonctionnement, ses enjeux, d'enpeser le pour et le contre et d'identifier les forces et les faiblesses denotre pays dans un environnement de plus en plus globalisé.
Le propos.En France, la mondialisation a vite mauvaise presse. Elle est accusée d'accroître le chômage, la précarité, les inégalités. Ce petit livre nerveux tente de remonter la pente en décrivant le monde tel qu'il est, et non tel que les Français le craignent. Il bat en brèche les idées reçues sur la question, en six chapitres. Non, la mondialisation n'est pas nouvelle. Non, elle n'incarne pas le règnede l'argent. Elle ne cause pas la délocalisation, ni les inégalités, ni l'exploitation des pays pauvres. Et enfin, elle ne condamne pas les politiques à l'impuissance. Les chiffres et les arguments tombent en rangs serrés. Mais, à vouloir trop faire, à trop accumuler d'informations foisonnantes, la démonstration aura du mal à convaincre les sceptiques. Difficile par exemple de nier que lamondialisation a pris une dimension nouvelle au cours du dernier quart de siècle. Ou que les délocalisations sont liées à la mondialisation...

La forme. Très efficace : l'expression d'une idée reçue, un argument massue puis un raisonnement. Exemple : l'idée reçue « La mondialisation aggrave les inégalités » est suivie d'un « chiffre qui tue : entre 1975 et 2005, le pourcentage de pauvres est passé de12 % à 6,3 % », selon l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Suit une série d'arguments, dont le fait qu'en Asie « les deux pays les plus inégalitaires sont la Chine (très ouverte) et le Népal (totalement fermé) ».

L'auteur. Agnès Verdier-Molinié, vingt-neuf ans, est vice-présidente de l'Institut français pour la recherche sur les administrations publiques (Ifrap), un« think tank » libéral qui audite l'action publique en la brocardant souvent.
Le terme « mondialisation » apparaît pour la première fois en 1959 dans le journal "The economist ", il apparait ensuite en Français dans le journal "Le Monde". Ces expressions ont été créées autour de 1960, mais elles resteront inutilisées pendant une voire deux décennies. Ce n'est que dès les années 1980-90 que leterme "mondialisation" connait un succès et une utilisation fulgurante. Il signifie l'accroissement des flux, notamment du volume des échanges commerciaux de biens, de services, de main-d’œuvre, de technologie et de capital à l’échelle internationale[1] et dérive du verbe « mondialiser » attesté dès 1928[2]. Il désigne initialement le seul mouvement d'extension des marchés des produits industrielsà l'échelle des blocs géopolitiques de la Guerre froide.
En français, le terme « globalisation » désigne l'extension supposée du raisonnement économique à toutes les activités humaines et évoque sa limitation au globe terrestre. Le terme « mondialisation » désigne quant à lui l'extension planétaire des échanges qu'ils soient culturels, politiques, économiques ou autres
Complètement générique,...
tracking img